les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Co-fondateur du Crédit Lyonnais en 1863, cet homme d’affaires brillant est aussi un zélé défenseur de la cause féministe au 19e siècle.

télécharger cet article

 

François Barthélémy Arlès-Dufour

Né le 3 juin 1797 à 8h du matin à Sète Hérault 34
Selon acte n°268 – AD34 en ligne – 5Mi12/3 nais.1793-1800 – vue 233/504

 Décédé le 21 janvier 1872 au Golf Juan Alpes-Maritimes 06

 

 

Résumer sa vie : un inventaire à la Prévert !

Son mariage lui ouvre les portes de la grande industrie

Ardent défenseur de la cause féministe

Adapté aux nécessités de son époque, il l’éclaire avec humanisme

 

 

Résumer sa vie : un inventaire à la Prévert !

Evoquer la vie de cet oublié de l’histoire, ressemble à un inventaire à la Prévert !

Co-fondateur du Crédit Lyonnais, militant pro-européen et pour l’égalité hommes-femmes, pionnier des chemins de fer, initiateur du canal de Suez, pacifiste passionné d’économie, fondateur de l’Ecole centrale de Lyon et de la Société d’enseignement professionnel du Rhône, partisan de l’impôt progressif selon les revenus, il est élu à 35 ans à la Chambre de Commerce et d’Industrie et s’investit aussi dans la l’administration municipale et départementale lyonnaise.

Cet aperçu donne une idée du parcours de cet homme d’affaires lyonnais hors du commun qualifié aussi d’humaniste et de saint-simonien(*)

(*) Pensée basée sur le concept d’industrialisme au service du développement humain.

 

Son mariage lui ouvre les portes de la grande industrie

Fils d’officier de l’armée napoléonienne, cet autodidacte connaît une jeunesse assez pauvre.

A 17 ans, il est contremaître dans une manufacture de châles en soie. Devenu commissionnaire en soierie, il se rend en Allemagne et travaille à Leipzig dans l’entreprise de tissus Dufour.

Ayant épousé la fille unique de son patron, il prend à 28 ans la direction de la succursale lyonnaise de la maison Dufour qui se perpétue jusqu’en 2013.

Elu à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, il joue un rôle de premier plan dans l’industrie, le chemin de fer et la finance… avec une trempe humaniste puisqu’il contribue à fonder la Ligue internationale et permanente de la paix, qui a pour maxime :

« Toutes les institutions sociales doivent avoir pour but l'amélioration du sort moral,

intellectuel et physique de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre. »

 

  

Ardent défenseur de la cause féministe

Partisan de l’égalité homme-femme, il le montre par des actes :

-          Marié, il adjoint à son nom celui de son épouse

-          Il apporte son soutien personnel à Julie Daubié, première femme bachelière

-          Il fonde avec Julie Daubié l’Association pour l’émancipation progressive de la femme, qu’il préside

-          Il obtient de l’Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III que la Légion d’honneur soit décernée à la peintre Rosa Bonheur.

Sur le plan économique, il milite notamment pour le rapprochement avec l’Angleterre, pour l’impôt progressif proportionné aux revenus.

Militant pour la paix en Europe grâce au commerce et au libre-échange, il favorise en 1860, la signature du traité de commerce franco-britannique (traité Cobden-Chevalier) qui abolit les taxes douanières sur les matières premières et les produits alimentaires.

En ce 19e siècle, le chemin de fer qui se développe profite aussi des talents de ce fervent partisan du train, administrateur de compagnies ferroviaires. 

Un quai de Lyon, dans le quartier de la Confluence honore la mémoire de cet entrepreneur hors normes.

 

Adapté aux nécessités de son époque, il l’éclaire avec humanisme

Pourquoi défendre la cause féminine et adjoindre le nom de son épouse au sien ?

Etonnant, pour un homme du 19e siècle !

Descendant de la Révolution française, porte-t-il en lui ce nouvel esprit républicain à consolider ?

Un patronyme double sied bien à sa dualité naturelle Gémeaux, une façon de poser en couple son goût du dialogue et des échanges. Pour lui, homme et femme forment un tout, à développer ensemble pour le bien moral et physique de l’humain en général.

Curieux, vif et intuitif, il fourmille d’idées pour le commerce, l’économie, l’enseignement, l’administration… Une sorte d’usine à idées nouvelles, tous azimuts, éclairée au final par le soleil du Lion qui pose ici le chef précurseur et humaniste, mâtiné qu’il est par l’originalité uranienne.

En tous cas, sa curiosité Gémeaux éclairée par le Lion le porte à s’adapter à tout et d’emblée, afin d’être le leader avisé dans des actions d’envergure utiles à son époque.

Le nomadisme viscéral des Gémeaux le conduit sur des projets qui facilitent les déplacements géographiques tels que le chemin de fer ou le percement du canal de Suez (voir Ferdinand de Lesseps).

Honneur à cet homme féministe, quelque peu oublié de l’histoire !

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page