les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Il est le pilote d’essai qui a permis d’homologuer les avions Bréguet-Michelin de mai 1915 à septembre 1917.

télécharger cet article

 

André de BAILLIENCOURT
(Né André Henri Marie Joachim de Bailliencourt dit Courcol)

Né le 26 juillet 1892 à 19 heures à Douai Nord 59
Selon acte n°470 AD59 en ligne

Décédé le 12 mai 1978 au Puy-en-Velay 43 Haute-Loire

 


http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/aviation-1914-1918/pilotes-evoquent-guerre-sujet_2232_1.htm

 

Il est le premier à atterrir sur la piste en dur d’Aulnat construite pour Michelin par les soins de l’ingénieur Fraisot.

Adolescent, il observe les premiers essais de Louis Breguet avec ses gyroplanes dans les champs de betteraves de Douai.

Par la suite, il assiste à un grand concours militaire à Reims et contracte alors le virus d’Icare. Après un baptême de l’air en mai 1912, il entre l’année suivante comme aide-mécanicien chez Breguet. Puis il obtient de son employeur d’aller à l’école de pilotage de Breguet à Villacoublay, ce qui lui permet d’obtenir son brevet de pilote en juin 1913

 

Pilote d’essais pour Breguet, il est détaché chez Michelin

En juillet 1913, Breguet l’envoie au Chili et en Argentine pour réceptionner, remonter, mettre au point et essayer les avions vendus à l’aviation militaire de ces pays.

Il bat des records d’altitude sur avion biplace et triplace avec 1710 mètres.

Mobilisé en 1914, il est incorporé dans l’aviation militaire et obtient son brevet militaire. En février 1915, il est détaché aux usines Bréguet pour mettre au point les bombardiers.

Envoyé en mission aux usines Michelin à Clermont-Ferrand, il devient le pilote d’essais de la firme qui fabrique en série les avions Bréguet-Michelin.

Ses multiples essais (500 appareils en 800 heures de vol) permettent d’homologuer ces aéroplanes.

Quand la 4e version du Breguet-Michelin part bombarder les arrières des lignes allemandes, il est surnommé « l’avion de la victoire » !

 

Une passion de l’aéronautique chevillée au corps

Après la guerre, André de Bailliencourt quitte l’aviation militaire en 1919, mais reste fidèle à sa passion de l’aéronautique. Il se fait organisateur de meetings aériens au Puy-en-Velay en 1924.

En 1931, ce pionnier, à l’âme de leader épris de perfection, dirige en 1931, les débuts d’un groupe de vol à voile.

Puis de 1932 à 1938, il reprend ses vols à Aulnat (Puy-de-Dôme) et à Loudes (Haute-Loire).

En 1939, il est mobilisé dans la DCA pour la protection contre les attaques aériennes.

En 1942, il est nommé vice-président de l’Aéro-Club du Puy-en-Velay et en 1966, il participe avec l’ingénieur Fraisot à la cérémonie du cinquantenaire de l’aérodrome d’Aulnat.

 

 

Sources documentaires :

-          Michelin, son histoire, ses champions, ses héros du quotidien – hors série « La Montagne » octobre 2007 disponible au Musée « L’Aventure Michelin » http://www.laventuremichelin.com/

-         http://forum.pegase.tv/viewtopic.php?t=4289

- Qui était qui ? – Mémorial de l’aéronautique tome 2 de Marcel Catillon

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page