les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Son nom est lié aux Halles de Paris qui, en 1853, sont le premier édifice important où le métal est montré. Il préfigure les nouveaux édifices de la société industrielle du 19e siècle.

télécharger cet article

 

Victor BALTARD

Né le 19 juin 1805 à 4h du matin à Paris
Source : Didier Geslain

Décédé le 13 janvier 1874 à 7h du matin à Paris 6e
Selon acte n°94 – Archives de Paris en ligne – V4 E 3158 – vue 13/31

 

 

Fils d’un illustre architecte,

Il devient directeur de l’architecture à la Ville de Paris

Principales réalisations de Baltard :

Les Halles de Paris, un chantier mouvementé…

Imaginatif et visionnaire, il adapte sa créativité aux attentes de son époque

 

 

Fils d’un illustre architecte,

L’architecte Victor Baltard va vivre au cœur de la Révolution industrielle de la première moitié du 19e siècle où l’essor de la métallurgie joue un rôle essentiel.

Fils de Louis-Pierre Baltard, l’un des architectes les plus réputés de la génération néo-classique, encouragé par son père, il embrasse la profession paternelle avec un égal talent.

Entré à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1824, Victor en sort lauréat du grand prix de Rome en 1833.

Pensionnaire de la Villa Médicis à Rome de 1834 à 1838, il ramène de ce séjour en Italie une conception qui lie l’architecture, le décor et les arts majeurs.

Selon Charles Garnier, Victor Baltard aurait pu devenir un docteur excellent ou un remarquable homme politique, un savant ou un industriel, un poète ou un commerçant.

 

Il devient directeur de l’architecture à la Ville de Paris

Entré à la Ville de Paris dès 1842, il accède sept ans plus tard au poste enviable de directeur de l’architecture. C’est la consécration pour Victor Baltard qui est à la tête de vingt-cinq prix de Rome et deviendra membre de l’Académie des Beaux-Arts en 1863.

Peintre et architecte, décorateur virtuose, rival de l’architecte Viollet-Leduc, cet homme de savoir et de culture marque l’art sous le Second Empire où le baron Haussmann sous la férule de Napoléon III transforme Paris.

 

Premier pavillon des Halles (1851-1853), détruit en 1866

 

Principales réalisations de Baltard :

 

-       Les douze pavillons des Halles de Paris détruits en 1969, seul le Pavillon Baltard n° 8 a été remonté à Nogent-sur-Marne.

-       Le marché aux bœufs des Halles de la Villette 19e arr.

-       le Marché Secrétan 19e arr. et le Marché de la Chapelle 18e arr.

-       L'église Saint Augustin  8e arr.

-       La restauration des églises : Saint Germain des Prés, Saint Séverin, Saint Eustache, Saint Gervais et Saint Etienne du Mont à Paris.

-       De nombreuses tombes de cimetière, notamment au Père-Lachaise.

 

Les Halles de Paris, un chantier mouvementé…

Chargé de dessiner en 1844 les pavillons des Halles de Paris, Victor Baltard connaît là le grand tournant de sa carrière. Ce site majeur de la capitale suscite de nombreux projets et de longs débats.

Le projet de Baltard retenu par l’administration comporte une élégante structure métallique entourée de maçonnerie.

Un véritable coup de théâtre se produit le 3 juin 1853, quand Napoléon III découvrant la monumentale façade de pierre du premier pavillon, commande l’arrêt des travaux.

Baltard est remis en cause et confronté à plus d’une quarantaine de contre-projets.

Aussitôt, il retravaille sur le projet avec son associé Félix Callet et dix jours après l’arrêt du chantier, il sort trois nouveaux projets dont un tout en métal, matériau présent depuis longtemps dans ses réflexions.

Haussmann, tout juste nommée Préfet de la Seine, soutient le projet Baltard de fer et de fonte qui est entériné.

Ce vaste bâtiment de verre et de métal, si souvent imité, confère à l’architecte une immense renommée mais attire aussi la controverse de certains historiens qui lui refusent la paternité de ce projet.

 

 

Finalement, la construction en fonte des célèbres « parapluies de Baltard » s’impose comme modèle de l’architecture moderne qui requiert les produits de l’industrie tels que brique, verre, fonte et acier.

Cette structure aérienne élégante symbolique du 19e siècle, fera le tour du monde et inspirera le style de nombreux édifices.


Les Halles de Paris vues de l’église St Eustache – Source Wikipédia

 

De l’œuvre de Baltard, essentiellement parisienne de décorateur et d’architecte qui a si bien traduit l’art du Second Empire, ne subsistent que quelques intérieurs d’église ainsi qu’un pavillon de fer remonté à Nogent.

 

Sources documentaires :
https://francearchives.fr/fr/commemo/recueil-2005/39988
https://www.musee-orsay.fr

Wikipédia

 

 

Imaginatif et visionnaire, il adapte sa créativité aux attentes de son époque

Les « parapluies de Baltard », faits de verre et de métal et à l’élégance aérienne, sont symboles-mêmes du tempérament de cet architecte doublement marqué par l’air léger des Gémeaux. Rien d’étonnant à ce qu’on lui trouve aussi une nature complexe et ambivalente.

Fourmillant d’idées et à l’imaginaire prolifique, il est naturellement très adaptable.

Et il en fait la preuve quand le 3 juin 1853, Napoléon III commande l’arrêt du chantier des Halles en cours pour avoir une structure plus légère.

Vif et réactif, il lance aussitôt sa machine à idées inspirée par son esprit visionnaire et s’adapte d’emblée à l’attente impériale.

La complexité et la difficulté d’une tâche stimulent sa créativité qu’il place toujours à l’avant-garde de son temps.

Pour ce curieux de toute nouveauté, chaque chantier est un défi neuf qui relance son inventivité.

Hommage à cet architecte novateur et créatif dont le nom reste attaché au Pavillon Baltard devenu salle de spectacles à Nogent-sur-Marne. Destination qui n’aurait pas déplu à son auteur.

 

 

En astrologie, d'où vient le goût pour l'architecture ?
Pour en savoir plus, suivez le lien :
http://www.janinetissot.com/travaux/architectes.html

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page