les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Un capitaine d’industrie lyonnais, à l’origine d’une page prestigieuse de l’histoire des camions dans notre pays

 

Marius, Maximin, François Joseph BERLIET

Né le 21 janvier 1866 à 11 heures du matin à Lyon 1er
Selon acte de naissance n° 51

Décédé le 17 mai 1949 à Cannes A.M. 06

 

 

 

Il quitte l’industrie de la soie pour le cambouis de la mécanique, sa véritable passion

Né dans une famille de canuts lyonnais, très religieuse, dès 15 ans, il travaille dans l’atelier de tissage familial. Réfléchi et ingénieux, il met au point une machine à découper les rubans ; il réorganise l’expédition des textiles.

Mais sa passion, c’est la mécanique. Il suit les cours du soir et dévore les ouvrages techniques. Il entreprend, tout d’abord de bricoler des moteurs.

 

Devenu constructeur de voitures puis de camions, son logo s’inspire d’une locomotive…

Il représente d’abord une locomotive par référence à  la vente fructueuse de licence de voitures Berliet à l’américain ALCO, fabricant de locomotives :

Il devient plus stylisé :

Et se modernise encore :

 

Puis se simplifie avec des lignes épurées à l’extrême

 

Ainsi, en 1893, grâce à une aide familiale, il entreprend la construction d’une première automobile suivie d’une deuxième qu’il réussit à vendre. Courageux et obstiné,  il s’installe en 1899 à son compte avec quelques ouvriers et lance la production d’automobiles.


Marius Berliet et son équipe – photo Fondation Berliet

Trois ans plus tard, en 1902, il rachète les usines du constructeur lyonnais Audibert-Lavirotte, et du coup, est à la tête de 250 ouvriers.

Dès 1906, il sort son premier camion, un 2 tonnes à roues cerclées de fer et à frein à sabots comme sur les charrettes hippomobiles. Puis, la gamme s’étoffe avec des utilitaires de 1,5 à 5 tonnes

En 1907, le constructeur américain de locomotives ALCO, désirant se lancer dans la construction automobile, achète à Berliet, pour 500 000 francs, la licence de fabrication de ses voitures. A la suite de cette transaction fructueuse, le sigle de la marque Berliet se transforme en une locomotive stylisée.


Automotrice Berliet 1929 – Fondation Berliet


Camion Berliet-Diesel engagé dans le concours transsaharien Alger-Gao-Alger de 1932, de plus de 6 000km, cet engin robuste et infatigable, a été lauréat de l’épreuve – Fondation Berliet


Camion du désert 600cv utilisé notamment pour les puits de forage – chaque roue mesure plus de 2 m
Fondation Berliet

Pendant la Grande Guerre, les Berliet CBA, qui seront fabriqués à plus de 40 000 exemplaires jusqu’en 1932, acquièrent une belle réputation de robustesse.


Camion Berliet CBA de l’armée française, restauré par la fondation Berliet

 

Condamné pour collaboration, à l’issue de la 2e Guerre mondiale, ses usines confisquées seront rendues à la famille Berliet peu après le décès du patriarche

A la veille de la Seconde Guerre, Berliet devenu leader sur le marché français du poids lourd, abandonne alors la fabrication des voitures de tourisme.

Lors de l’épuration, en septembre 1944, Marius Berliet arrêté pour collaboration avec l’occupant nazi, est emprisonné et ses biens confisqués, suite à un jugement de la cour de justice de Lyon de juin 1946. Il est accusé d’avoir abondamment fourni l’armée allemande en véhicules (256 en 1941, 746 en 1942, 899 en 1943). Il envoie aussi des équipes d’ouvriers spécialistes en Allemagne.

Quand Marius Berliet décède en mai 1949, il ignore que le Conseil d’Etat va rendre les usines à la famille Berliet, en juillet de la même année.

 

La marque Berliet disparue du paysage économique, est prisée des collectionneurs

Après la Seconde Guerre mondiale, spécialisé désormais dans le camion et l’autobus, Paul Berliet prend la succession de son père et renforce la suprématie de l’entreprise sur le marché français du poids lourd.

Disparue en 1978, la marque Berliet se trouve absorbée par Renault Véhicules Industriels (RVI) qui lui-même deviendra, en 2002, Renault Trucks.

Les descendants de Marius Berliet créent la Fondation Berliet en 1982, pour sauvegarder et valoriser l’histoire du camion, car et bus français toutes marques.

Berliet fait partie des premières entreprises de transport par la route.

www.fondationberliet.org

 

 

Marius BERLIET


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page