les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Dossiers

La Bande à Bonnot

 


Préambule - L'histoire - Les membres de la bande - Louis LEPINE - Anatole DEIBLER


Les membres de la bande à Bonnot


 

DIEUDONNE Camille Eugène Marie

Né le 1er mai 1884
à
1 h 30 du matin à Nancy 54

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

 

Anarchiste individualiste, membre de la « bande à Bonnot ».

Il est placé dans un orphelinat (sa mère étant veuve avec trois jeunes enfants à charge) et deviendra ouvrier menuisier à 17 ans. Il fait son service militaire et se lie avec les frères BILL qui sont menuisiers et anarchistes comme lui. En 1909 il est à Paris avec sa compagne Louise Dieudonné (née Kayser, le 2 mars 1890 à Nancy) et fréquente les individualistes qui vivent en communauté à Romainville, autour du journal « L’Anarchie » et pratiquent l'amour-libre (Louise vivra alors une idylle avec Lorulot).

 C'est là qu'Eugène se lie avec les membres de la bande, il a déjà rencontré Bonnot lorsque celui-ci était à Neuves-Maisons (près de Nancy). Eugène vit alors entre Paris et Nancy où il continue à travailler. Recherché après l'attaque de la rue Ordener, il est arrêté le 28 février 1912 rue Nollet à Paris dans un appartement qu'il loue sous un faux nom avec Louise revenue vivre près de lui. Deboë qui se trouve là, est également arrêté.

Condamné à mort le 28 février 1913 mais disculpé par ses complices, sa peine est finalement commuée en travaux forcés à perpétuité. Il parvient à s’évader du bagne à la 3e tentative entamée le 6 décembre 1926.Son périple dans la forêt vierge et à bord de pirogues le mène au péril de sa vie jusqu’au Brésil. Il débarque à Marseille à la fin d’octobre 1927. Son entourage, des amis et la campagne d’Albert Londres oeuvrent en sa faveur. Désormais, il est citoyen libre puisqu’il vient de bénéficier d’une remise de peine pour son évasion du bagne.  De retour à Paris, il reprend son ancienne activité d’ébéniste et ouvre sa propre entreprise avec 4 ouvriers, rue du Fg St Antoine.

Il relate ses 14 années de bagne dans « La Vie de forçat » paru en 1930.

Il meurt le 21 août 1944 à l’hôpital d’Eaubonne  en Seine et Oise.