les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Architecte, converti à la foi catholique à 35 ans par sa rencontre avec le curé d’Ars, il forme une école réputée dans le Lyonnais où il construit de nombreux édifices dont la basilique de Fourvière qui est son chef d’œuvre.

télécharger cet article

 

Pierre-Marie BOSSAN

Né le 23 juillet 1814 à 14h à Lyon Rhône 69
Selon acte n°2517 – archives municipales en ligne Lyon mairie unique – 2 E 158 – vue 218/414

 Décédé le 23 juillet 1888 à La Ciotat Bouches-du-Rhône 13

 

 

 

Qu’aurait été la vie de Pierre-Marie Bossan, sans sa rencontre avec le Curé d’Ars ?

Fils d’un modeste tailleur de pierres, il est passionné très tôt par l’architecture, et se forme à l’école des Beaux-Arts de Lyon.

Il devient architecte de l’archevêché de Lyon. Les commandes affluent et sa carrière s’annonce florissante.

Il a 36 ans quand il dessine, en 1840, les plans de la monumentale tribune de pierre pour soutenir les orgues de la Collégiale Notre-Dame à Montbrison, inaugurées le 6 janvier 1842.


Orgues Collégiale de Montbrison (Loire) - Tribune de pierre finement ouvragée, conçue par Pierre-Marie Bossan

 

Il visite l’Italie et la Sicile en 1845, et en revient fasciné par la splendeur des basiliques romaines et la beauté de l’art byzantin. Désormais, il veut unir les grandeurs du catholicisme aux élégances antiques.

Il s’en inspire et son style devient personnel.

Impressionné par son voyage en Italie, troublé par les vocations religieuses de ses deux sœurs dont il est le tuteur, Pierre-Marie Bossan se rend à Ars en 1849. Il  y rencontre, Jean-Marie Vianney qui deviendra plus tard le Saint Curé d’Ars. Pour Pierre-Marie, libre-penseur, éloigné de la religion, c’est la révélation. Il se convertit.

 

 Ars en me donnant la foi, m’a donné la liberté !

C’est ce que déclare Pierre-Marie Bossan à propos de sa conversion.

Alors, son œuvre devient habitée et reflète sa foi. Par son style inspiré de l’Orient et de l’Italie, il cherche à créer du vivant et du nouveau.

Lauréat du Grand Prix de Rome d’architecture en 1850, Bossan est entouré d’artistes. Il fait école et construit de nombreux édifices religieux dans la région lyonnaise dont Notre-Dame de Fourvière. Ce chef-d’œuvre, dont la construction débute en 1872, sera terminé en 1884 par  son élève Jean Sainte-Marie-Perrin en raison de la maladie de Bossan.


Basilique de Fourvière – chef d’œuvre de Pierre-Marie Bossan

 

C’est en 1856 qu’il trace l’esquisse d’une belle église, la Basilique d’Ars, dédiée à Sainte Philomène, comme un Ex-Voto au Curé d’Ars. De ce projet ne subsistera que le chœur et le transept, car la population d’Ars voulait conserver l’Eglise du Saint, si riche en souvenirs. Les travaux commenceront en 1862, après la mort du Saint Curé.


Basilique d’Ars

 

De 1864 à 1877, il réalise la Basilique Saint-François-Régis à Lalouvesc (Ardèche).

On lui doit aussi des monuments funéraires, du mobilier liturgique, dessins d’orfèvrerie, statuaire…

A la fin de sa vie, il se retire à La Ciotat, dans le silence et la prière.

 

Voici un aperçu de la biographie de cet homme à l’intelligence clairvoyante et imaginative. Portant en lui le sens de l’élégance, de la précision, il œuvre avec art pour traduire par la pierre un idéal de beauté inspiré du divin.

Architecte très intuitif et d’avant-garde, il sait métamorphoser la matière avec ingéniosité et originalité. En bâtisseur de cathédrales, son âme est bouleversée par la rencontre avec le curé d’Ars. Dès lors, sortent de ses mains, des chefs-d’œuvre à la gloire de Dieu pour qui rien n’est trop beau.

Au-delà de son savoir-faire d’architecte, ses constructions témoignent d’une magnificence qui emmène le regard du spectateur, bien au-delà des pierres, vers le plus haut du ciel.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page