les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Promoteur et 1er créateur des turbines hydrauliques

 

Claude BURDIN

Né le 18 mai 1788 à Lépin Savoie 73
(heure absente sur acte de baptême n° 18)

Décédé le 12 novembre 1873 à Clermont-Ferrand 63

 

 

Ingénieur en chef des Mines, il est membre correspondant de l’Académie des Sciences depuis 1842.

Il est enfant lorsque sa Savoie natale est réunie pour la 1ère fois à la France. Il est naturalisé français le 4 juin 1817.

 

Il se fait connaître aux savants par un très remarquable mémoire paru en 1815 sous le titre : « Considérations générales sur les machines en mouvement ». C'est dans ce mémoire qu'il leur donne le nom expressif de TURBINE, que le langage a adopté.

 

Par ses études théoriques et surtout ses essais, il travaille sur les notions  dégagées par ses prédécesseurs comme Euler, Seigner et d’autres, pour concevoir la réalisation industrielle des turbines.

 

En 1825, dans un moulin à Pontgibaud (Puy de Dôme), il construit une 1ère turbine qui a un rendement de 67 %, puis, en 1828, une autre montée à Ardes a un rendement de 65 à 75 %.

Il s’agit de petits appareils d’essai, de quelques chevaux.

 

Benoît Fourneyron, élève de Claude Burdin à l’Ecole des Mines de Saint Etienne Loire, peu d’années après, donne la solution industrielle définitive du problème. Il s’agit, notamment, d’introduire dans la turbine des vannes  modératrices auxquelles Burdin n’avait pas songé.

 

Burdin est un des principaux créateurs de ces admirables machines hydrauliques, si simples et si légères dans leur installation, qui s'adaptent si bien à tous les cours d'eau et aux transmissions de mouvement rapides...

 

Considérant le financement gigantesque exigé pour le développement des chemins de fer, il s’occupe activement d’un projet de locomotive à vapeur destinée au transport sur les routes ordinaires. Ce projet d’application fort difficile reste inachevé.

Par ailleurs, Burdin est l’un des premiers à se soucier d’améliorer le rendement énergétique des machines à vapeur. Très imaginatif, il reste persuadé qu’un nouvel agent supplantera la vapeur et produira la force à meilleur marché.

Il étudie également d’autres questions, telles que, la navigation sous-marine, la direction des ballons…

 

Homme d’avant-garde, d’un esprit original et modeste, il fait preuve d’une bienveillance et d’une patience à toute épreuve, à l’égard des élèves.

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page