les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Parachutiste aux records étonnants, elle participe à de nombreux meetings pour promouvoir ce sport. Elle est la 1ère femme titulaire du brevet de parachutiste français.

télécharger cet article

Edith CLARK
Née Edith Georgette BOITEUX alias…

Née le 5 juin 1904 à 7 heures du matin à Cuffy Cher 18
Selon acte EC n° 6

Décédée le 16 mars 1937 à Avignon Vaucluse 84

 

 

Femme d’avant-garde, elle a le sens inné du spectaculaire dans un sport qui conjugue agilité et déplacement.

Se lancer de la Coupole du Palais des Sports à Paris à seulement 15 mètres du sol et avoir le temps d’ouvrir son parachute et se rétablir, ou bien atterrir au Cirque d’Hiver, dans une cage pleine de lions effrayés par l’arrivée soudaine d’une grande ombrelle…

Tels sont quelques uns des exploits de cette jeune femme qui vise le record de saut à l’altitude la plus basse, ainsi que le permettait la réglementation de l’époque.

C’est pour elle, une façon de pimenter le spectacle.

A plusieurs reprises, elle accompagne Madeleine Charnaux, aviatrice, dans ses tentatives de record d’altitude. Ce qu’elle appréciait alors, « c’était de rester dans l’avion jusqu’à l’atterrissage ce qui lui arrivait rarement dans sa carrière de « sauteuse », où elle n’était dans l’appareil que pendant la première moitié du vol » (La Passion du ciel Madeleine Charnaux, Paris, Hachette 1942)

En effet, Edith Clark rêve de piloter mais son salaire de dactylo et les frais liés au parachutisme, ne lui permettent pas de mener à terme cet apprentissage.

Se déplacer dans l’infini de l’air, que ce soit en avion ou en parachute, lui permet de combler sa nature éprise d’indépendance et de liberté.

 

Prendre des risques en naviguant dans l’océan merveilleux de l’air,
voici ce qui plaît à Edith, femme de sang-froid,  éprise de spectaculaire.

Le 29 janvier 1935 à Orly, elle est passagère dans l’avion de Madeleine Charnaux qui atteint 6 115m, le record d’altitude pour avion léger.

Elle est la première femme brevetée en parachutisme avant Lise Bourdelin (brevet créé en 1936).

Au mépris du danger, et aussi pour gagner sa vie, elle réalise différents essais de prototypes de parachutes militaires.

C’est dans le cadre de ces expérimentations, qu’elle se tue le 16 mars 1937 après-midi, sur le terrain de Pujaut dans le Gard, centre des parachutistes de l’Armée de l’Air. Après deux essais réussis avec un nouveau modèle de parachute, l’intrépide Edith Clark se jette dans le vide à 500 mètres de hauteur, on la voit s’efforcer d’actionner la poignée d’ouverture mais le parachute ne s’ouvre pas. La malheureuse s’écrase violemment sur le sol.

Elle en est à son 200e saut en parachute.

D’abord inhumée à Meaux, sa dépouille est ensuite transférée à Nevers grâce à l’intervention de Maryse Bastié, sollicitée par la mère d’Edith.

 

 


(Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page