les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Inclassable, ce chanteur auteur-compositeur interprète, parolier, instrumentiste, qui distille ses créations depuis plus d’un demi-siècle, étonne encore et toujours.
Avec lui, tout un monde intérieur fait surface au-delà des mots et des conventions.
Come di, Azzurro, It’s wonderful… et bien d’autres titres, sont inscrits au patrimoine émotionnel de son public !

télécharger cet article

 

Paolo CONTE

Né le 6 janvier 1937 à 17h30 à Asti Italie
Source : Didier Geslain

 

 


https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Festival_des_Vieilles_Charrues_2017_-_Paolo_Conte_-_002.jpg

 

Il est à la fois avocat et chanteur pendant 25 ans

J’aimerais que les chansons ne se consument jamais…

La France et Paris sont chères à son cœur

Qui mieux que Paolo Conte peut mettre en musique les tourments de l’âme ?

 

 

Il est à la fois avocat et chanteur pendant 25 ans

Dans sa famille, on est juriste et son père Luigi notaire, passionné de musique, parvient à se procurer pendant la période fasciste des disques étrangers qui éveillent la passion de Paolo pour le jazz américain.

C’est ainsi que j’ai été nourri dès l’enfance de jazz et d’Amérique… dira-t-il plus tard.

Pendant la guerre Paolo séjourne souvent à la ferme de son grand-père et grâce à ses parents férus de musiques classique et populaire, il apprend le piano.

Plus tard, Paolo reconnaît que son éducation l’a porté à comprendre et respecter les gens mais aussi coutumes et traditions locales italiennes.

Après le lycée, il veut être médecin, mais s’oriente vers des études de droit plus pratiques et dans la tradition de sa famille de notaires. Diplômé de droit à l’Université de Parme, il débute comme assistant dans le cabinet paternel tout en poursuivant ses études musicales.

Ainsi, pendant vingt-cinq ans, Paolo Conte sera à la fois avocat et chanteur, menant de front ces deux carrières.

Au milieu des années 1950, il apprend le trombone et le vibraphone et entre de plain-pied et avec passion dans le monde de la musique et du jazz. Fasciné de plus en plus par le jazz, il fait partie de plusieurs orchestres, participe à des festivals et fonde un cercle musical.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Paolo_Conte#/media/File:PaoloconteBerlin.jpg

 

J’aimerais que les chansons ne se consument jamais…

Dans les années 1960, c’est comme auteur qu’il perce dans le milieu musical composant musiques et arrangements pour d’autres artistes. Ainsi sa chanson d’amour pour Adriano Celentano deviendra une ritournelle : La coppia più bella del mondo, avant de lui écrire ce qui deviendra un succès mondial : Azzurro.

Lors d’une interview radio voici ce que Paolo Conte en pense :

« J’aimerais que les chansons ne se consument jamais. Pour un compositeur, elles sont le parfum d’un bouquet de fleurs, et à force de leur sentir ce parfum, il risque parfois de s’en détourner [...] Mais certaines ont eu plus de chance auprès du public. Tout comme Azzurro, Via con me compte parmi ces dernières. Et j’en suis ravi, car c'est l’une de mes préférées [...]

C’est à partir des années 1970 qu’il présente lui-même ses propres chansons dans un style réfléchi mais à l’ironie mordante. Le succès se fait attendre mais il commence à se produire en public.

Un gelato al limon, le fait connaître du grand public en 1979 et sa renommée internationale se confirme en 1981 avec l’album Paris Milonga.

L’artiste ne cesse de se renouveler et de surprendre son public. Ainsi en 1990, s’ouvre une nouvelle période de fertilité artistique. Son album mêle chœurs et sonorités électroniques. Puis en 1995, Una faccia in prestito (Un visage d’emprunt), offre un mélange jazzy original de chansons populaires, de tango, de chansons du passé et de comédies musicales.

 

La France et Paris sont chères à son cœur

La France et Paris occupent une place chère au cœur de l’artiste piémontais qui y trouve des affinités pour l’inspiration et la culture. En 2011, la Ville de Paris lui décerne la Grande médaille de Vermeil.

Entre 2014 et 2015, il mène une grande tournée internationale dans les villes les plus importantes d’Europe.

L'actualité ne m'intéresse pas. Le XXe siècle n'est pas celui que j'ai sous les yeux, c'est celui qui résonne en moi... …chaque fois que je joue au piano, porté par mes fantasmes, je me dis que je serais mieux à ma place au XIXe siècle, un siècle certainement plus pianistique et plus libertaire.

La personnalité musicale de Paolo Conte a souvent inspiré des illustrateurs tel Hugo Pratt dont le héros principal est Corto Maltese.

Au fil des années, il confirme sa passion pour le 7e art avec la composition de bandes sonores très diverses pour des films.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Paolo_Conte#/media/File:Conte_2316.jpg

Paolo Conte en concert fin des années 1980

 Toute la nature de Paolo Conte paraît s’exprimer dans cette photo

 

 

Qui mieux que Paolo Conte peut mettre en musique les tourments de l’âme ?

Ce Capricornien inspiré par le Cancer se fait magicien, acteur, à l’âme à la fois sensible, curieuse et tourmentée.

Comme personne, il met en musique et en mots, des scènes en clair-obscur, entre lumière et mystère, rêve et réalité, joie et tristesse. Comme une tragi-comédie suggérée et bien illustrée par la photo ci-dessus.

En « historien » des diverses émotions de son temps, Paolo Conte les met en scène et en musique à travers ses multiples créations en tant qu’auteur, compositeur ou interprète.

Sa sensibilité secrète et tourmentée lui donne beaucoup d’affinités avec les femmes, moins pour les séduire que pour nourrir ses propres sensations. Sources d’inspiration et de fascination, elles sont une part de lui-même et au cœur de son répertoire, comme un défi à l’issue incertaine et pathétique, comme une promesse de bien-être toujours éphémère et inassouvi.

Son visage très mobile et aux mimiques expressives, livre avec intensité tout ce que les sons ne peuvent pas traduire. Il révèle l’âme de l’artiste qui est à la fois authentique et secret, expressif et réservé, joyeux et tourmenté, populaire et solitaire…

Bien que latin, il se fait économe de mots dans ses chansons qui rendent l’ambiance palpable grâce à ses incomparables onomatopées, appuyées sur une musique sortie de ses doigts inspirés. Et pour compléter ces bruitages rythmés, il se sert du Kazoo qui prolonge et accentue les sensations les plus secrètes. C’est comme un bavardage en langage codé où il n’y a rien à comprendre mais tout à ressentir.

En curieux intuitif, il explore tout ce que l’art peut produire outre la chanson, il s’intéresse à la peinture, au cinéma, aux percussions modernes et par la grâce du Capricorne n’en finit pas de rajeunir avec le temps.

A propos de la réalité d’aujourd’hui, il livre une sentence de « vieux sage » capricornien :

« J'en pense autant de mal qu'il est possible, mais il vaut mieux ne pas en parler, pour ne pas susciter de vilaines habitudes. Il y a des batailles perdues d'avance contre certains comportements et il ne suffit pas de critiquer, il faudrait un engagement plus fort, il faudrait peut-être distribuer des amendes pour déloyauté, méchanceté, vulgarité, mauvais goût, en général et à l'italienne ».

S’il évoque peu les évènements de son temps, c’est peut-être pour mieux protéger sa sensibilité et ouvrir grand sa porte à l’imaginaire du Cancer.

La profession d’avocat correspond bien à sa nature capricornienne qui aime dire le droit et les devoirs, avec grande intuition et le goût d’explorer le secret de situations complexes et conflictuelles à démêler.

 

Quelle richesse de créativité chez Paolo Conte !

Il est un insatiable troubadour de l’âme humaine entre instinct et sagesse, entre enfer et paradis.

 


https://fr.wikipedia.org/wiki/Paolo_Conte#/media/File:Paolo_Conte_2013.jpg

Paolo Conte en concert en 2013

 

 

Pour écouter Paolo Conte dans Come di :
https://www.youtube.com/watch?v=UL9n-alHabM

 

 


(Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page