les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

« Prince des jardiniers, Jardinier des Princes »
Architecte-paysagiste prisé de la jet-set fin 19e siècle et Belle Epoque, il dessine plus de 6.000 jardins.

télécharger cet article

 

Achille DUCHÊNE

Né Achille Jean Henri Duchêne le 1er novembre 1866 à 7h30 du matin à Paris 17e
Selon acte n°2298 – Archives de Paris en ligne – vue 10/31 – V4 E 2036

 Décédé le 12 novembre 1947 à 16h à Paris 16e
Selon acte n°2298 – Archives de Paris en ligne – vue 4/31

 


https://www.jardinsdefrance.org/les-paysagistes-duchene-dans-le-sillon-de-le-notre/

 

Formé à l’art du jardin par son père

Il devient architecte-paysagiste prisé de l’aristocratie

Après l’âge d’or des grands parcs, il imagine le « jardin social ».

Imagination et ingéniosité sont au pouvoir chez Achille Duchêne.

 

Formé à l’art du jardin par son père

A sa naissance, son père Henri est déclaré employé des Ponts et Chaussées.

Très tôt, Achille apprend la science du tracé et de la perspective ainsi que des subtils nivellements de terrain auprès de son père devenu jardinier. Il sera son disciple et son continuateur.

Achille Duchêne - le bien nommé pour œuvrer au cœur de la nature – est admirateur d’André Le Nôtre, concepteur pour Louis XIV des parcs et jardins de Versailles.

Ainsi plus de deux siècles après l’ère du Roi Soleil, les Duchêne redonnent goût au jardin à la française et en propagent le modèle à travers le monde et aux Etats-Unis.

Pour le duc de Marlborough, Achille Duchêne supervise la réalisation du jardin d’eau de Blenheim Palace en Angleterre.

Surnommé le Prince des Jardins par Ernest de Ganay historien des jardins et des châteaux, il travaille au château de Voisins où la réalisation de ses parterres est considéré comme son chef-d’œuvre. Le paysage sert de toile de fond comme un décor de théâtre.

 

Il devient architecte-paysagiste prisé de l’aristocratie

Fin 19e siècle et Belle Epoque, en paysagiste attitré de la haute société, il dessine plus de 6.000 jardins, notamment pour Château de Vaux-le-Vicomte et aussi le château du Marais, possession du Marquis Boni de Castellane.

La marquise de Ganay lui confie la restauration du parc du Château de Courances tel qu’à l’origine, selon des gravures et des plans anciens.

Par exemple, l’aménagement des jardins de l’Hôtel Matignon est signé Duchêne.

 


https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Vaux-le-Vicomte
Château de Vaux-le-Vicomte

 

Duchêne sera président de la Société Française d’architecture des jardins et président d’honneur du Comité de l’Art des jardins de la Société Nationale d’Horticulture de France.

 

Après l’âge d’or des grands parcs, il imagine le « jardin social ».

Après la Première Guerre mondiale, prend fin l’âge d’or des projets fastueux de la jet-set avec jardins à la française, et Duchêne voit ses chantiers se raréfier.

Estimant que le temps des grands parcs aristocratiques est révolu, il publie en 1935, Les Jardins de l’avenir où il préconise des jardins plus petits et faciles d’entretien.

 Pour lui, le jardin social fait partie des nouveaux types de parc adaptés à l’évolution de la société.

Il est l’époux de la militante féministe Gabrielle Duchêne.

 


https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Plaque_Duch%C3%AAne_10_avenue_de_New-York_Paris.jpg?uselang=fr
Plaque n°10
avenue de New-York (16e arrondissement de Paris), où Duchêne vécut.

 

 

Imagination et ingéniosité sont au pouvoir chez Achille Duchêne.

Doublement influencé par le Scorpion, il en hérite la débrouillardise habile qui fait merveille pour trouver d’astucieuses solutions à mille et une difficultés.

Et c’est justement, le défi qu’il aborde quand il lui faut ordonner de façon méthodique et rigoureuse un espace bien circonscrit.

Le style « jardin à la française » correspond bien à son tempérament qui sait métamorphoser l’existant pour agencer un ordre renouvelé selon un style classique.

Ses idées foisonnent et sont toujours adaptées au contexte donné, aux contraintes rencontrées.

Il aime ordonnancer en puisant dans son imaginaire novateur,  selon son flair et l’inspiration du moment.

Ingénieux et curieux, d’un seul coup d’œil, il pressent la bonne idée pour réaliser les quelque 6.000 jardins sortis de son imaginaire prolifique.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page