les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Il invente, en 1897, le 1er appareil de T.S.F. français

 

Adrien Eugène DUCRETET

né le 27 novembre 1844 à Paris (acte absent, archives détruites en 1871)

décédé le 20 août 1915 à Paris 5e à 11 heures du matin selon acte n°1777

 

Le 5 novembre 1898, Eugène Ducretet établit la première transmission télégraphique entre le 3e étage de la Tour Eiffel et le Panthéon distant de 4 kilomètres. Par radio, il émet des sons depuis la Tour jusqu’au Panthéon qui s’inscrivent sur bande d’enregistreur de type Morse et déclenchent automatiquement une inscription dès l’arrivée de ces signaux. Ce jour-là, il ne songe peut-être pas qu’il lance le règne des télécommunications françaises qui vont, aussi, donner sa pérennité à la Tour de Gustave Eiffel.

 

Il préfère la mécanique et l’électricité à la carrière commerciale voulue par son père

Eugène Ducretet, par la volonté de son père, négociant bonnetier, est destiné à entrer dans une école commerciale après de très bonnes études classiques. Mais le jeune homme, passionné pour le dessin et la mécanique, insiste pour entrer dans la maison du constructeur Froment, dont il devient l’élève en 1857. C’est là qu’il apprend les premiers éléments de mécanique et d’électricité.

 

A 20 ans, il fonde son atelier où il crée les appareils utiles aux plus célèbres physiciens de l’époque

Eugène fonde en 1864, son atelier de construction d’instruments de précision pour les sciences et l’industrie.

Spécialisé dans la construction d'instruments de physique en particulier dans le domaine électromagnétique, sa notoriété devient internationale. En effet, de son  atelier sortent les appareils de physique les plus complexes et les plus achevés, créés par lui pour les physiciens les plus célèbres de l’époque : Claude Bernard, Louis Pasteur, Eleuthère Mascart, Bertin... Ces savants sont pour lui plus que des clients, des maîtres, dont il recherche les conseils tout en suivant leurs cours.

Son entreprise située à Paris 75, rue Claude Bernard se spécialise dans la construction d’appareils pour les cabinets de physique, les laboratoires des grandes Ecoles et les Universités.

Il dépose de nombreux brevets en France et à l’étranger et présente une trentaine de communications à l’Académie des Sciences.

        

 

En industriel scientifique, ingénieux et avisé, ses appareils sont outils de communication, de mesure, et même de diagnostic médical… 

Eugène Ducretet réalisant le 1er appareil de TSF français contribue activement à l’essor de la TSF. Certains de ses appareils deviennent règlementaires pour la Marine Française. En 1899, il équipe la marine russe de ses premiers appareils de TSF (système Popof-Ducretet).


Un des 1ers télégraphes sans fil construits par Eugène Ducretet sous brevet Popoff

 

En 1900, on lui doit la radiotéléphonie et en 1902, la téléphonie sans fil par le sol. Il crée une sonde lumineuse pour l’examen et la vérification rapide en plein jour, au moyen des rayons X, des colis postaux. Il construit des « générateurs de courants de Haute Fréquence et de Haute Tension » qu’Eugène d’Arsonval utilise pour étudier les applications médicales.

Il construit aussi des appareils de mesure destiné aux applications industrielles : voltmètre, ampèremètre, appareils de télégraphie et de téléphonie.

Ses relations avec le physicien Edouard Branly et l’ingénieur russe Aleksandr Popov lui permettent de concevoir le premier dispositif de télégraphie sans fils d’emploi pratique.

A l’aube du 20e siècle, Eugène Ducretet est l’un des rares industriels à se mesurer à Marconi, en situation de monopole dans son domaine.

Eugène Ducretet est membre des comités d’admission des Expositions Universelles de Paris de 1889 et de 1900.

 

Son nom demeure lié à la TSF et à son essor

En 1908, malade, il confie la direction de son entreprise à son fils Fernand. Celui-ci associé à l’ingénieur Ernest Roger, se consacre à la mise au point d’appareils de radiologie. Mais atteint de graves brûlures, il perd la vue en 1917 et décède prématurément en 1928. Un autre fils Pierre, officier d’infanterie est mort à Verdun en 1915.

Rachetée par Thomson en 1931, l’entreprise devient la société Ducretet-Thomson qui commercialise longtemps des produits TSF sous ce nom

 

 

Eugène Ducretet


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page