les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Derrière la découverte de l’ADN, se cache une femme !
Mais ses pairs masculins, Watson, Crick et Wilkins reçoivent le Nobel en 1962, sans la citer.
Une biographie rétablit la vérité en 1974.

télécharger cet article

 

Rosalind Elsie FRANKLIN

Née le 25 juillet 1920 à Notting Hill (quartier de Londres) Royaume-Uni
(Son heure de naissance serait la bienvenue !)

 Décédée le 16 avril 1958 à Chelsea (quartier ouest de Londres)

 


Rosalind Franklin au microscope en 1955
https ://commons.wikimedia.org/wiki/File :Rosalind_Franklin.jpg ?uselang=fr

 

… d’une intelligence inquiétante pour une fille !

Sa découverte est spoliée et son cliché 51 utilisé à son insu par Watson et Crick

Son génie est sacrifié au nom de la gloire supérieure des hommes

Une scientifique, déterminée, clairvoyante et combative

 

 

… d’une intelligence inquiétante pour une fille !

Pionnière de la biologie moléculaire, elle formule la première dans un rapport non publié la structure de l’ADN (*).

Cette physico-chimiste britannique obtient SEULE la 1ère image de l’ADN sous sa forme dépliée avec structure en hélice, le célèbre cliché 51.

Et quatre ans après la mort prématurée de Rosalind, quand ses pairs masculins reçoivent en 1962 le prix Nobel, ils ne la citent pas. Certes, elle n’aurait pas eu le prix à titre posthume mais évoquer son nom n’aurait été que justice.

Issue d’une famille juive britannique très influente et d’un père marchand londonien, Rosalind est jugée d’après sa tante, « d’une intelligence inquiétante pour une fille » !

Attirée par les sciences, elle étudie à Cambridge en 1938 : une preuve de son opiniâtreté car cette université ne considère les femmes comme membres qu’en 1947.

Dans ce milieu très masculin, elle se fait une place.

Nantie d’un doctorat en physique-chimie obtenu en 1945, elle poursuit ses recherches de 1947 à 1950 à Paris où elle étudie la structure du carbone  en utilisant la technique de diffraction des rayons X.

De retour dans son pays en 1951, elle obtient une bourse pour étudier les fibres d’ADN au King’s College de Londres.

(*) L'acide désoxyribonucléique ou ADN est une très grande molécule biologique présente dans toutes les cellules  ainsi que chez de nombreux virus. L'ADN contient toute l'information génétique, appelée génome permettant le développement, le fonctionnement et la reproduction des êtres vivants. (source Wikipédia)

 


https://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_d%C3%A9soxyribonucl%C3%A9ique

 

Sa découverte est spoliée et son cliché 51 utilisé à son insu par Watson et Crick

Ses recherches assidues lui permettent d’obtenir la 1ère image de l’ADN en hélice mais comme elle est perfectionniste, avant de publier, elle travaille encore pour des résultats plus aboutis.

Le physicien Maurice Wilkins désire travailler avec elle, mais ils ne s’entendent pas. Dès lors, Wilkins a accès aux résultats de recherches de Franklin et en fait profiter ses amis James Watson et Francis Crick qui découvrent le fameux cliché 51. Watson confirme la trouvaille déterminante de Franklin mais teste moins longtemps son hypothèse avant d’en parler.

Trois articles paraissent dans Nature en 1953 pour annoncer la découverte. Le 3e seulement est de Rosalind qui ignore que les 2 premiers de Watson et Crick sont rédigés à partir de son cliché 51.

 

Son génie est sacrifié au nom de la gloire supérieure des hommes

Toute occupée par ses travaux sur les virus et déjà auteure de 37 publications scientifiques, Rosalind ne réalise pas qu’elle vient de se faire doubler.

Elle meurt prématurément en 1958 d’un cancer de l’ovaire probablement lié à l’exposition aux radiations lors de ses recherches.

Quatre ans plus tard, Watson, Crick et Wilkins sont lauréats du Nobel mais le nom de Rosalind Franklin est « oublié ».

Si son nom reste absent de plusieurs ouvrages sur l’ADN, une biographie rétablit la vérité en 1974.

En 2008 à titre posthume, elle reçoit le prix Louisa-Gross-Horwitz et un prix Rosalind-Franklin est créé en 2003 par la Royal Society.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Rosalind Franklin, outre l’écriture de sa thèse sur l’ADN, s’investit dans l’Air Raid Précautions à Londres pour la protection des civils contre les raids aériens.

Des mésententes avec ses collègues la poussent à quitter le King’s College en 1953, pour rejoindre l’université Birbeck College. Là, elle découvre la structure du virus de la mosaïque de la plante de tabac et entame des collaborations avec des laboratoires américains pour travailler sur le virus de la poliomyélite.

A noter que le prix Nobel a durablement ignoré les femmes avec seulement 4 % de lauréates dont Marie Curie est la première en 1903.

 

Sources documentaires :
Ni vues ni connues
Collectif Georgette Sand Éditions Hugo Doc Les Simone
Wikipedia

 

 

Une scientifique, déterminée, clairvoyante et combative

En l’absence d’heure de naissance, que dire du caractère de Rosalind Franklin ?

Le Lion qui règne en maître chez elle, lui confère une autorité naturelle et une clairvoyante intuition dans un esprit aussi curieux qu’imaginatif.

Elle voit vite les choses et son jugement sûr va à l’essentiel pour remplir avec rigueur la mission qu’elle se donne.

Son exigence de qualité voire de perfection la conduit à privilégier la recherche AVANT de parler de ses résultats.

Son parcours d’études et de recherches prouve son opiniâtreté et sa combativité dans un contexte peu propice aux femmes.

Les défis audacieux la stimulent et ses actions judicieuses sont conduites avec un esprit visionnaire quoi qu’il lui en coûte.

Bravo à cette scientifique qui a su œuvrer dans un monde hostile pour l’avenir du genre humain.

 

 

Merci à Guilhem de m’avoir signalé ce génie féminin de la science.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

En astrologie, qu’est-ce qui prédispose à devenir scientifique ?

Pour en savoir plus consulter le lien :

https://www.janinetissot.com/2020/04/17/les-scientifiques/

 

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page