les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

« La Java Bleue » ou « Tel qu’il est » sont des indémodables de cette voix unique et inoubliable, symbole de la chanson française de l’entre-deux-guerres.

télécharger cet article

 

FREHEL
Née Marguerite BOULC’H dite…

Le 13 juillet 1891 à 8h du matin à Paris 17e
Selon acte n°2388 – Archives de Paris en ligne – vue 14/18 -  V4 E 7388 – vue 14/18

 Décédée le 3 février 1951 à 9h à Paris 9e
Selon acte n°152 – Archives de Paris en ligne – 9D170 – vue 15/31

 


Fréhel qui se nommait alors Pervenche en 1908.

 

Née dans le Paris populaire, elle est remarquée par la Belle Otero

Surnommée Fréhel par référence au cap Fréhel de la baie de St-Brieuc

Rongée par sa vie sentimentale désastreuse, elle plonge dans l’alcool et la drogue.

Les bravos du public la nourrissent mais solitude et mirages guettent

 

 

Née dans le Paris populaire, elle est remarquée par la Belle Otero

Une voix pathétique ou enjouée qui traîne avec des « r » qui roulent et donnent du relief à ses chansons réalistes voire mélodramatiques et teintées d’humour noir…

voilà Fréhel la chanteuse à succès de l’entre-deux-guerres !

 

Grande vedette du café-concert, elle commence à se faire connaître dès 1905 et en 1908, elle est la première chanteuse à graver son 78 tours (« C’est une gosse » chez Odéon) où s’inscrit son nom « Madame Pervenche Fréhel ».

L’enfance de la jeune Marguerite se passe dans les quartiers les plus populaires de Paris. Son père, employé de chemin de fer, devient invalide (happé par une locomotive, il perd un bras) tandis que sa mère, concierge, se livre à l’occasion à la prostitution.

Dès l’âge de 15 ans, elle vend des cosmétiques de porte à porte et à cette occasion, fait la rencontre de sa vie en la personne de le Belle Otero. Artiste adulée, elle admire son audace et ses formes ainsi que sa voix particulière. Elle propose à Marguerite de chanter sous le nom de Pervenche.

 

Surnommée Fréhel par référence au cap Fréhel de la baie de St-Brieuc

Ensuite, elle sera surnommée Fréhel, du nom du cap du même nom situé dans la baie de St-Brieuc et sans doute en écho à l’origine bretonne de ses parents.

Son répertoire réaliste et son timbre de voix lui attirent la popularité.

A 16 ans, elle se marie avec un jeune comédien amateur de music-hall, Robert Hollard, rencontré à la Taverne de l’Olympia. L’enfant né de cette union meurt en bas âge et la jeune mère est vite abandonnée par son séduisant compagnon qui lui préfère la chanteuse Damia. Après son divorce en 1910, elle noue une relation avec Maurice Chevalier qui lui préfèrera Mistinguett.

 

Rongée par sa vie sentimentale désastreuse, elle plonge dans l’alcool et la drogue.

Malgré le succès, Fréhel, marquée par le désastre de sa vie sentimentale, plonge assez vite dans l’alcool et la drogue. Partie en Europe de l’Est et en Turquie, elle en est rapatriée en 1923 dans un état lamentable.

Fréhel  - même avec un physique qui a beaucoup changé - reste l’inoubliable inoubliée et remonte sur les planches de l’Olympia en 1925, pour le plus grand bonheur de son public ému par ses couplets réalistes.

C’est alors que le cinéma lui ouvre ses portes pour une vingtaine de films dont Pépé le Moko en 1937 et l’Eternel Retour en 1943.

En 1935, elle se marie avec Georges Boettgen.

Après une dernière apparition sur une scène parisienne en 1950, elle meurt l’année suivante dans une chambre sordide d’un hôtel de passe de la rue Pigalle. Son enterrement est suivi par une foule importante.

Charles Trenet, Mano Solo, Jacques Higelin, Serge Gainsbourg ou Renaud se sont réclamés de son influence.

 

Les bravos du public la nourrissent mais solitude et mirages guettent

Rencontrer le public et recevoir ses bravos et ses marques d’affection sont essentiels pour Fréhel très marquée par le Cancer et la Balance.

Elle trouve facilement la popularité et la réussite en tant que chanteuse puis actrice, possédant le sens de la séduction mais aussi l’innovation avant-gardiste puisqu’elle est la première chanteuse à graver un disque.

Enfance, famille et sentiments sont importants pour elle, mais il s’y mêle illusions, chimères et risque de solitude.

Marqué par le sevrage affectif, elle en garde une blessure inoubliable car le Cancer empile ses souvenirs d’émotion sans en oublier un seul jusqu’au bout de la vie.

Elle sera finalement vaincue par cette douloureuse solitude, elle qui se nourrissait des bravos du public qu’elle remplace par l’alcool et la drogue ouvrant la porte à un imaginaire débridé (séjour à l’étranger où elle mène une bringue à tout casser, avec ses riches admirateurs, soupirants et autres aristos en goguette).

Hommage à Fréhel et à sa voix extraordinaire qui chante si bien la réalité souvent douloureuse de la vie en ces décennies de l’entre-deux-guerres.

 

Quelle émotion de retrouver Fréhel dans La Java bleue ! 
https://www.youtube.com/watch?v=8uUL8Yb5F-E

Et son humour décapant dans Tel qu’il est :
https://www.youtube.com/watch?v=pqeTZOLDfBQ

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page