les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Décrocher le Goncourt est le rêve prestigieux de tout romancier depuis plus d’un siècle. Derrière ce patronyme signe de gloire et devenu commun, se cache Edmond et Jules, deux frères écrivains très liés.

télécharger cet article

 

Edmond HUOT de GONCOURT

Né le 26 mai 1822 à 1h du matin à Nancy 54 Meurthe-et-Moselle
Selon acte  AD54 en ligne – 5Mi 394/R 130 – vue 198/795

 Décédé le 16 juillet 1896 à Champrosay Essonne 91

 

 

Et son frère

 

Jules Alfred HUOT de GONCOURT

Né le 17 décembre 1830, heure inconnue, à Paris

 Décédé le 20 juin 1870 à 9h du matin à Paris 16e
Selon acte n°499 – Archives de Paris en ligne  V4 E 1973 vue 10/31

 

 

Forcer les portes de la gloire…

Dans leurs romans, ils sont raconteurs du passé et aussi du présent

Bien dotés par héritage, ils peuvent vivre de leur plume

Edmond et Jules, une fructueuse complémentarité de caractère…

 

 

Forcer les portes de la gloire…

C’est le but de l’Académie que Jules et Edmond de Goncourt dès 1862, décident de laisser après eux. Bien que très tôt disparu, Jules est associé par son frère à la création de ce cénacle littéraire officialisé par un testament écrit qu’il dépose en 1892 chez son notaire.

L’objectif des deux frères est de décerner chaque année un prix pour un ouvrage d’imagination en prose paru dans l’année, associé aussi à des indemnités substantielles allouées à chacun des sociétaires.

Intéressé tôt à la littérature, Edmond y associe son frère Jules. Leur collaboration reflète la même volonté de création esthétique, appuyée sur la connaissance systématique du réel.

Par ailleurs, grands amateurs d’art, collectionneurs passionnés, ils s’intéressent notamment à l’art du 18e siècle. Edmond est un de ceux qui révèlent à ses contemporains l’art japonais de cette époque.

 

Dans leurs romans, ils sont raconteurs du passé et aussi du présent

L’histoire leur donne le goût du document précis. En raconteurs du passé mais aussi du présent, ils écrivent de nombreux romans réalistes appuyés sur une documentation « d’après nature ». Chaque roman se présente comme l’étude d’un cas pathologique étudié avec un souci d’objectivité.

Ainsi Sœur Philomène sorti en 1861, dépeint la vie d’hôpital, René Mauperin évoque la jeune bourgeoisie, Germinie publié en 1865 relate les tristes aventures d’une servante hystérique…

Les Goncourt se distinguent du « naturalisme » par une écriture artiste.

Jules et Edmond dont l’ascendance est originaire d’un petit village de la Haute-Marne nommée Goncourt, sont amis entre autres, de Gustave Flaubert, Alphonse Daudet, Auguste Rodin, Emile Zola, Guy de Maupassant, Théodore de Banville…

Nombre d’entre eux fréquentent le « Grenier » d’Edmond que l’on sait ami et principal protecteur de l’écrivain scandaleux Jean Lorrain.

 

Bien dotés par héritage, ils peuvent vivre de leur plume

Les frères Goncourt, bénéficiaires d’une rente annuelle de 5.000 francs depuis le décès de leur mère en 1848, peuvent vivre de leur plume, contrairement à de nombreux auteurs du 19e siècle contraints par nécessité financière de se tourner vers la littérature de consommation comme le théâtre de boulevard, le vaudeville ou les romans-feuilletons.

Jusqu’à sa mort à l’âge de 39 ans de paralysie générale consécutive à la syphilis, Jules est le principal auteur du Journal que les deux frères tiennent depuis 1851.

Poursuivi ensuite par Edmond, le Journal, composé de notes prises au jour le jour, est considéré aujourd’hui comme un témoignage intéressant sur la seconde moitié du 19e siècle.

 


Sépulture de Jules et Edmond de Goncourt au cimetière de Montparnasse à Paris.

 

 

Edmond et Jules, une fructueuse complémentarité de caractère…

Une naturelle complémentarité unit ces deux frères, le Gémeaux Edmond ayant pour vis-à-vis le Sagittaire Jules. Ainsi s’établit entre eux, un partenariat spontané qui aide l’un et l’autre à se révéler avec le souci d’une éthique, d’un idéal, pour se dépasser sans cesse et donner avec davantage de force, le meilleur de leur plume.

Tenir un journal de notes quotidiennes signifie pour les deux, servir l’histoire et la transmettre avec réalisme et jusqu’au détail.

Ce souci de pérennité est bien servi par Edmond qui concrétise leur vœu commun et clairvoyant d’une Académie Goncourt utile pour le devenir des gens de lettres.

L’influence commune de Jupiter dans ces deux tempéraments s’illustre bien par le leitmotiv choisi : Forcer les portes de la gloire.

Jules et Edmond y sont si bien parvenus que leur « invention » encore d’actualité au 21e siècle fait rêver tout romancier.

 

Edmond de Goncourt

 

Jules de Goncourt


(Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page