les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Ce député communiste est l’auteur de l’amendement pour le droit de vote et d’éligibilité des Françaises accordé par ordonnance le 21 avril 1944.

télécharger cet article

 

Fernand Joseph GRENIER

Né le 9 juillet 1901 à 13h à Tourcoing Nord 59
Selon acte n°1227 transmis aimablement par les AD59

Décédé le 12 août 1992 à Saint-Denis Seine-Saint-Denis 93

 


Source :
http://vivelepcf.fr/tag/fernand-grenier/

 

Vote et éligibilité des Françaises : un droit accordé tardivement

De souche ouvrière, Fernand s’engage tôt dans l’action politique

Député de Saint-Denis, il s’illustre comme Résistant auprès du général de Gaulle

Les droits civiques des Françaises avancent grâce à sa contribution

Leader serviable sensible à la cause des femmes

 

 

Vote et éligibilité des Françaises : un droit accordé tardivement

Souvent appelée « la patrie des droits de l’homme » depuis la déclaration de 1789, la France n’accorde cependant le droit de vote et d’éligibilité aux Françaises qu’en 1944, soit dix ans après la Turquie et Cuba et près de vingt-cinq ans après les USA, alors que les Français peuvent voter depuis près d’un siècle.

Autres exemples : Norvège, Danemark , Russie, Hongrie, Royaume-Uni… ont accordé le droit de vote aux femmes avant 1920. (Voir aussi dossier Féministes)

Quand Fernand Grenier rédige un amendement qu’il dépose le 24 mars 1944 à l’Assemblée consultative provisoire à Alger, la France - tardivement - est en passe de donner le droit de vote et d’éligibilité aux femmes qui est acté par l’ordonnance du 21 avril 1944.

 

De souche ouvrière, Fernand s’engage tôt dans l’action politique

A sa naissance, son père est domestique et sa mère bobineuse ; tous deux sont nés en Belgique. Après avoir obtenu le Certificat d’études, Fernand devient apprenti puis ouvrier boulanger. Embauché comme employé municipal dans la banlieue lilloise à Halluin, il adhère au Parti communiste en 1922. Très vite intéressé par l’engagement politique, il est nommé secrétaire des Jeunesses communistes de cette ville.

Formé à l’Ecole léniniste de Bobigny, aux côtés de Jacques Duclos qui sera l’un des principaux dirigeants du PCF, Fernand Grenier s’illustre par ses qualités de rédacteur de presse syndicale et politique. A ce propos en 1927, ses écrits contre la guerre lui valent un emprisonnement de huit mois au motif d’action antimilitariste.

Soupçonné de trotskisme en 1930, il subit une brève période de disgrâce jusqu’en 1932 où il reprend des responsabilités dans le Nord puis comme permanent du Comité central du PCF à Paris. Là, il anime l’association des Amis de l’URSS, fonction qu’il conserve jusqu’en 1939. Forte de 70.000 adhérents, elle édite une revue Russie d’aujourd’hui tirée à 130.000 exemplaires

Fernand séjourne un mois en URSS en 1933.

 

Député de Saint-Denis, il s’illustre comme Résistant auprès du général de Gaulle

En 1935, il est chargé de reconquérir la ville de Saint-Denis aux élections législatives du printemps 1936. Après quelques péripéties politiques,  il devient député de Saint-Denis le 1er août 1937. A la Chambre des députés, il siège à la commission des Comptes et à celle des Affaires étrangères. Mais comme tous les communistes, il est déchu de son mandat de député en septembre 1939 par le président du Conseil Edouard  Daladier qui dissout le Parti communiste.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il s’illustre comme Résistant, représentant du PCF et membre du mouvement de Résistance FTP à Londres auprès du général de Gaulle, qui le nommera en 1944 commissaire à l’Air au titre du Comité français de libération nationale.

 


https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_vote_des_femmes#/media/File:Louise_Weiss.jpg

 

Les droits civiques des Françaises avancent grâce à sa contribution

Il apporte une contribution historique à l’avancée des droits civiques féminins par son amendement - adopté par 51 voix contre 14 - qui débouche sur le droit de vote des Françaises acté par l’ordonnance du 21 avril 1944.

Réélu député de la Seine en 1945, il conserve ce mandat jusqu’en 1968.

Il reste prosoviétique et membre de l’Association France-URSS qui, par le hasard de l’histoire est dissoute quelques mois avant le décès de Fernand Grenier en 1992.

Inhumé au cimetière du Père-Lachaise, il laisse le souvenir, au travers de ses diverses attributions, d’un homme affable, bon vivant et au commerce agréable.

 

Sources : http://vivelepcf.fr/tag/fernand-grenier/ et wikipedia

 

 

Leader serviable sensible à la cause des femmes

Qui d’autre mieux que lui peut être sensibilisé à militer pour améliorer le sort de la classe ouvrière ?

Par son tempérament, cette mission lui est naturelle.

Marqué par le signe féminoïde du Cancer, il est naturellement sensible à la condition des femmes dont il comprend bien les attentes en portant leur cause avec ses convictions profondes.

Epris de justice, il a le talent inspiré pour l’écriture et de lui se dégage une amabilité serviable.

Il est taillé pour endosser un rôle de leader et agir au service du petit peuple quels que soient obstacles et affrontements au nom d’un idéal porté par sa grande famille qu’est le communisme.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page