les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Le nom de cet architecte reste attaché aux entrées du métro parisien du début du 20e siècle

 

Hector GUIMARD

Né le 10 mars 1867 à 22 heures à Lyon 3e 
(source : D. Geslain PFA n° 31)

décédé 20 mai 1942 à New York USA

A l’aube du 20e siècle, il impose le « modern style » et connaît une gloire fulgurante

Le 19 juillet 1900, c’est l’inauguration « modeste » du métropolitain parisien, construit sous la responsabilité de Fulgence Bienvenüe. On y  commente notamment, le style des constructions ornant l’accès à ce nouveau moyen de transport. L’un des parisiens trouve que cela ressemble plutôt à un parapluie retourné par l’orage .

L’auteur en est Hector Guimard. Il est alors, l’architecte le plus en vogue de Paris et la « coqueluche » des parisiennes. Refusant le répertoire ornemental traditionnel et dédaignant la symétrie, il impose un style Art nouveau (modern style).

La construction du  Castel Béranger, lui donne une notoriété immédiate et de nombreuses commandes.

Il mêle, avec fantaisie, pierre,  brique, fer, céramique pour créer, jusque dans ses moindres détails, un décor floral et végétal tout en courbures et en ondulations.

 

 
(marquise de l’édicule Dauphine 1900 et vitrail du Castel Béranger 1898)

 

Plusieurs de ses réalisations peuvent être vues rue La Fontaine dans le 16e arrondissement de Paris. En cadeau de noce à sa riche épouse américaine, il construit, en 1909 l’hôtel Guimard où son art culmine dans une vision totalitaire. Il y conçoit des pièces ovoïdes qui imposent des meubles uniques.

Génial touche-à-tout, il est précurseur dans la standardisation industrielle pour diffuser à grande échelle le nouvel art. C’est ainsi qu’il connaît la réussite, malgré les scandales, par ses entrées de métro parisien comportant des constructions modulables où triomphe l’ornement structurel de Viollet-le-Duc.

 

Après le feu d’artifice de la gloire, vient l’oubli pour Hector Guimard

Artiste imaginatif, novateur et créateur démonstratif, il finit cependant par lasser. Dès 1904, le métro ne veut plus de lui. Le monde se détourne de cet homme qui agace par ses contradictions, son vocabulaire très personnel et aussi par le coût de ses créations inaccessibles au plus grand nombre.

Exilé à New York avec son épouse juive, par crainte de la guerre, il meurt en 1942, complètement oublié.


Station Palais Royal 1900

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

En astrologie, d'où vient le goût pour l'architecture ?
Pour en savoir plus, suivez le lien :
http://www.janinetissot.com/travaux/architectes.html

 

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page