les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Dessinateur, caricaturiste et littérateur, célèbre sous le nom de Pif ou Henriot, il est l’auteur de l’immortel calembour « Comment vas-tu yau de poêle ? » paru dans l'Almanach Vermot.

télécharger cet article

 

Henri HENRIOT dit aussi PIF
Né Jean Henri MAIGROT

 né le 13 janvier 1857 à 2h du matin à Toulouse Haute-Garonne 31
Selon l’acte n°98 – Archives de Toulouse en ligne – vue 15 – 1 E 391

 Décédé le 10 août 1933 à Nesles-la Vallée Val d’Oise 95

 

 

 

« Comment vas-tu yau de poêle ? »

Sa revue participe au soutien du moral des Poilus

Un maître dans l’art de l’humour du second degré

 

« Comment vas-tu yau de poêle ? »

Etonnant, ce calembour est si bien passé dans notre patrimoine parlé, qu’on a l’impression qu’il a toujours existé ! Sous la plume originale du facétieux Henriot, cette expression paraît en 1896 dans l’Almanach Vermot, en page du 11 septembre.

Au-delà de ce plaisir de jouer avec les mots, cet artiste s’illustre d’abord par la plume, quand à 18 ans, il collabore à L’Echo des Trouvères, un hebdomadaire littéraire de Toulouse.

Bien que destiné à la fonction publique par ses études de droit, ce fils de négociant se retrouve en 1899, directeur du journal Le Charivari. Il a 42 ans.

Dans le registre de l’humour, il dessine également pour le Triboulet, journal satirique monarchiste, ainsi que pour Le Journal amusant, Le Bon Vivant, Le Pèlerin et l’Almanach Vermot.

 


« Le catéchisme de
demain » (
Le Pèlerin, 1902).

 

Sa revue participe au soutien du moral des Poilus

Lors de la Grande Guerre, il fonde en janvier 1915, le périodique A la Baïonnette, où il fournit l’essentiel des dessins. Distribué aux Poilus, ce journal qui moquait la « bêtise » des Allemands, participait à la politique de soutien du moral des Français.

Jusqu’en 1931, il collabore au magazine hebdomadaire L’Illustration qui s’attache les meilleurs illustrateurs de l’époque afin de donner prépondérance à l’image.

Henriot, proche d’amis musiciens, compose aussi des poèmes comme Chanson pour elle mis en musique par Jules Massenet.

A partir de 1925, il collabore par l’écrit et le dessin au périodique la Revue Pleyel.

Il est l’auteur d’ouvrages tels que :

  • Napoléon aux enfers
  • Les Régiments de France, histoire des Zouaves, Paris, vers 1900
  • L'Année parisienne éditions Conquet 1894
  • Aventures prodigieuses de Cyrano de Bergerac, Pellerin, Épinal, 1900
  • Histoire d'un vieux chêne. Texte et illustration d'Henriot imagerie d'Épinal série supra
  • Paris en l’an 3000 Henri Laurens, Paris, 1910. Science-fiction, où les grandes villes, dont Paris, sont recouvertes d'une épaisse couche de glace à la suite du passage d'un météore. Réédition Phébus 2009

 

 

 

Un maître dans l’art de l’humour du second degré

Sa plume rebelle, sarcastique et avant-gardiste puise dans l’encre de l’humour du second degré grâce à l’influence conjuguée du Capricorne, du Cancer et du Verseau.

Imagination et originalité dictent ses créations savamment travaillées pour percuter dans le mille.

L’esprit scorpionesque lui  inspire une revue pendant la Grande Guerre, pour apporter de l’humour au cœur des tranchées où les Poilus sont au plus près des combats et de la mort.

D’un coup d’œil, il a le trait ajusté pour une caricature cinglante et réaliste où excelle son « humour noir » percutant, décapant.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page