les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Il est le plus brillant haltérophile français de tous les temps…

 

Louis HOSTIN

né le 21 avril 1908 à 10 heures du matin à Saint Etienne Loire 42,
selon acte n° 1095

décédé en juillet 1998 à Sommières Gard 30

 

 

 

Du lancer de poids aux haltères, il se révèle un athlète de poids !

Il découvre le sport par l’athlétisme et se révèle un brillant lanceur de poids.

Il ne pratique les poids et haltères qu’à l’âge de 19 ans, formé à l'Omnium Sportif-Club Stéphanois, puis au Coquelicot.

 

Brillant haltérophile, il décroche de 1927 à 1939, le plus beau palmarès de la catégorie mi-lourds

C’est en  haltérophilie qu’il décroche le plus beau palmarès français, dans sa catégorie de mi-lourds :

-          2 titres olympiques et une médaille d’argent en trois olympiades, en 1928 à Amsterdam, en 1932 à Los Angelès, en 1936 à Berlin où il enlève 122,5 kg à l’arraché et 157,5 kg à l’épaulé-jeté

-          18 records du monde à partir de 1930

-          2 titres européens aux championnats d’Europe en 1930 et 1935 et médaille d’argent en 1937

-          Champion de France toutes catégories entre 1927 et 1939

On raconte qu’il était si confiant qu’il plaisantait avec l’arbitre en tenant ses barres à bout de bras !

 

Honoré par sa ville natale en 1936, la guerre interrompt sa carrière

Aux JO de Berlin, en 1936, il décroche la médaille d’or dans une ambiance hostile car le public allemand soutient violemment l’un des siens, Eugen Deutsch. Sa médaille lui est remise le lendemain de sa victoire, dans le stade olympique en présence d’Adolf Hitler.

Mais à son retour la population de Saint Etienne lui réserve un accueil enthousiaste. La foule massée sur les trottoirs ne cesse de l’applaudir au passage du cortège qui gagne l’Hôtel-de-Ville où une nouvelle médaille lui est remise par le maire.

Un chêne est planté en son honneur dans sa ville natale.

La guerre met fin à sa brillante carrière.

Il obtient en 1978, la Croix de chevalier dans l’ordre national du Mérite.

Il termine ses jours au domaine de Boisseron, la maison de retraite des Médaillés du sport, à Sommières dans le Gard.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page