les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Son invention, considérée comme l’ancêtre de l’ordinateur, marque le début d’une mécanisation qui révolutionne le tissage.

télécharger cet article

 

Joseph Marie JACQUARD

né le 7 juillet 1752 à Lyon Rhône 69, paroisse St Nizier,
selon acte de baptême sans heure de naissance – Archives Lyon en ligne – vue 94

Décédé le 7 août 1834 à 2h du matin à Oullins 69 Rhône
Selon acte n°41 - AD69 en ligne – 4 E 3788 – Décès 1834 – vue 15/25

 

 

Il exerce divers métiers avant de devenir mécanicien

Son invention, la « mécanique Jacquard » révolutionne le travail du tissage.

L’invention de Jacquard connaîtra un succès international

Jacquard « bienfaiteur des ouvriers lyonnais »

Imaginatif et précurseur, il donne de la réalité à son rêve…

 

 

Il exerce divers métiers avant de devenir mécanicien

Il est le 5ème enfant d’une famille de 8, son grand-père, Isaac Charles Jacquard est tailleur de pierres et son père, Jean-Charles, est maître-fabricant tisseur à Lyon, où ses deux métiers produisent les étoffes d’or, d’argent et de soie qui partent à travers toute l’Europe – et même au-delà des mers.

Il est apprenti-relieur chez son beau-frère libraire-imprimeur. Puis, il s’engage chez un fondeur de caractères d’imprimerie.

En 1772, à la mort de son père, il choisit de profiter de l’héritage pour améliorer sa condition… Puis va suivre une période peu connue de sa vie.

En 1793, on le retrouve enrôlé dans le 1er bataillon de Rhône-et-Loire et combattant à l'armée du Rhin.

De retour à Lyon, il est habité par l’idée de réaliser une mécanique qui simplifie les opérations de tissage. N’oublions pas que son père travaille justement dans le tissage.

Réaliser une mécanique qui ferait gagner du temps en supprimant des opérations : voilà son obsession. Cette pensée occupe son esprit. Il y pense jour et nuit, bien qu’il doive passer beaucoup de son temps à la confection des chapeaux dont sa femme a gardé le commerce.


Métier à tisser de Joseph Jacquard
https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tier_Jacquard#/media/File:Metier_jacquard.jpg

 

Son invention, la « mécanique Jacquard » révolutionne le travail du tissage.

Jacquard étudie seul la mécanique et met au point en 1801 le métier à tisser.

Ainsi, il perfectionne le métier à tisser automatique de Vaucanson, en y installant un dispositif à cartons perforées. Ce mécanisme simple et ingénieux, est connu sous le nom de mécanique Jacquard.

Dès lors, il suffit d’un seul ouvrier pour réaliser des étoffes aux dessins complexes aussi facilement qu'une étoffe unie.

Le 12 avril 1805, Napoléon rencontre Joseph Jacquard lors d'un séjour à Lyon. Quelques semaines plus tard, le 27 août 1805, Jacquard reçoit, de l’Académie de Lyon, le prix des inventeurs.

À partir de cette date, il accumule les prix d’honneur et les récompenses.

En 1826, il est nommé conseiller municipal d’Oullins.

Ensuite, amélioré par Jean-Antoine Breton, en 1806 et 1817, le métier Jacquard connaît un succès international et est encore utilisé de nos jours.

 

L’invention de Jacquard connaîtra un succès international

Ainsi, à Lyon, cette invention signe-t-elle les débuts d’une véritable révolution industrielle.

Certes, elle a provoqué d’abord la suspicion et parfois la colère des ouvriers.

En effet, les nouveaux métiers réduisent la main d’œuvre nécessaire à leur fonctionnement : il suffit d’un seul tisseur pour faire marcher un métier. Or, à toutes les époques, le réflexe est de refuser la nouveauté – comme aujourd’hui la robotisation – lorsqu’elle paraît menacer l’emploi.

On raconte même qu’en 1806, un métier Jacquard aurait été brûlé et les restes jetés dans le fleuve…

Puis les métiers Jacquard s’imposèrent ensuite rapidement sous le premier Empire et la Restauration : contrairement à la légende, le métier Jacquard n’a pas privé les canuts de leur travail ; il a au contraire participé au développement extraordinaire de la soierie : la période 1815-1870 fut le « siècle d’or de la Fabrique ».



Peinture en trompe-l’œil,  Mur des Lyonnais, quai St Vincent à Lyon (le personnage en bleu est  Joseph Jacquard
)

 

Jacquard « bienfaiteur des ouvriers lyonnais »

 

Toute sa vie, Joseph Jacquard s'ingénie à perfectionner son invention et à la faire adopter.

A sa mort en 1834, on dénombre 2885 mécanique Jacquard à la Croix-Rousse et jusqu’à 20 000 à la fin du 19e siècle.

Une statue en bronze est inaugurée, en son honneur, le 16 août 1840, place Sathonay à Lyon. Déplacée en 1898, place de la Croix-Rousse, elle rend hommage au « bienfaiteur des ouvriers lyonnais ». Fondue en 1942, elle est remplacée, en 1947, par l’actuelle statue en pierre.

Le métier Jacquard qui a inspiré Charles Babbage est souvent considéré comme l’un des ancêtres de l’ordinateur.

 

 

Imaginatif et précurseur, il donne de la réalité à son rêve…

L’absence d’heure de naissance connue rend difficile l’analyse du caractère de Joseph Jacquard.

Cependant, on peut reconnaître que l’influence majeure du Cancer en fait un habile imaginatif à l’esprit pragmatique et avant-gardiste.

Son imaginaire est tel que Jacquard parvient à faire exister ce qui n’est au départ qu’un rêve puisqu’il imagine une machine automatique capable de faire de multiples tâches. Voilà un bel exemple de ce que peut créer un natif du Cancer qui sait donner de la réalité à son rêve.

Le monde du tissage et de la soierie convient à son tempérament tout en sensibilité et en finesse, à l’image des étoffes souvent précieuses produites par ses machines.

Attiré par la mécanique, il s’y consacre avec obstination et là, donne la pleine mesure de son génie inventif et visionnaire.

Intuitif et combatif, on comprend qu’il se soit attaché à améliorer et promouvoir son invention très utile au devenir humain.

 

Merci à Claude Latta historien pour sa contribution

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page