les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Star des speakerines des débuts de la télévision, ex-fiancée de Mitterrand, puis épouse d’un autre pionnier du petit écran Pierre Sabbagh, elle officie pendant 25 ans.

 

télécharger cet article

 

Catherine LANGEAIS
Née Marie-Louise Raymonde Pierrette TERRASSE

le 9 août 1923 à 12h à Valence Drôme 26
Selon données Didier Geslain

 Décédée le 23 avril 1998 à Mantes-la-Jolie Yvelines 78

 

 

Charmé par Mitterrand avant d’épouser un comte polonais

Figure emblématique des débuts de la boîte à images

Être dans la lumière et charmer les téléspectateurs

  

 

Charmé par Mitterrand avant d’épouser un comte polonais

Quand son ex-fiancé devient plus célèbre qu’elle, alors on découvre qu’elle a failli être Mme François Mitterrand. Voilà une nouvelle croustillante qui émoustille la presse people de l’époque.

Adolescente précoce, elle n’a pas 15 ans quand elle succombe au charme de ce jeune homme – ami de son frère - croisé au bal de Normale Sup. où elle est présente le 28 janvier 1938.

La guerre sépare les deux fiancés car Mitterrand est en captivité en Allemagne. A celle qu’il surnomme « Mon Zou », le jeune homme écrit plus de 300 lettres et poèmes.

François m’aimait plus que je l’aimais dira-t-elle. Elle le quitte pour un comte polonais avec qui elle aura deux enfants. Antoine Gordowski architecte travaillera notamment à la reconstruction de Lorient.

Le couple se sépare en 1949.

Pour gagner sa vie, elle candidate à la Radiodiffusion-Télévision Française (RTF) pour un poste de présentatrice qu’elle décroche sur intervention de François Mitterrand alors secrétaire d’État.

Sous le pseudonyme de Catherine Langeais, elle débute le 15 décembre 1949.

Jusqu’en 1974, elle s’impose comme la speakerine la plus populaire, toujours prête à intervenir dans cette télé aux régulières pannes techniques. Elle participe également à des émissions de divertissement.

 

 

Figure emblématique des débuts de la boîte à images

Son duo mythique avec Raymond Oliver dans Art et Magie de la cuisine et sa voix inoubliable dans le générique saccadé de La Séquence du spectateur lui apportent célébrité et popularité.

En compagnie des deux Jacqueline - Caurat et Huet – elle annonce les programmes et surtout fait patienter les téléspectateurs pendant les interruptions de l’image.

En 1954, elle épouse Pierre Sabbagh, journaliste et autre pionnier de la télé. Ce mariage d’amour et de télévision s’achève à la mort de ce dernier en 1994.

En lui remettant la Légion d’honneur en 1987, François Mitterrand salue celle qui a su toucher le cœur des Français et a laissé une place indéniable dans l’histoire de la télévision.

Fille d’un journaliste et issue de familles proches du monde politique, Catherine Langeais reste jusqu’au bout la grande amie de l’ancien président de la République qui lui envoyait des roses chaque 3 mars en souvenir de leur amour.

En 1966, Jacques Dutronc l’évoque nommément dans sa chanson Et moi, et moi, et moi.

Atteinte de sclérose en plaques depuis 1954, elle décède le 23 avril 1998.


Téléviseur des années 1950

 

 

Être dans la lumière et charmer les téléspectateurs

Être dans l’éclat de cette lucarne magique et lumineuse qui émerveille les téléspectateurs convient parfaitement à la nature léonienne de Catherine Langeais, présentatrice inoubliable de l’histoire télévisuelle.

Avec sérieux, rigueur et sang-froid, elle est faite pour ce rôle de présentatrice qui sait se montrer joviale et populaire (Jupiter /ascendant).

Lors des fréquentes interruptions d’image, elle sait comme personne capter l’attention et faire patienter les téléspectateurs qui restent sous le charme de sa voix et de son sourire.

Toujours adaptée au contexte, imaginative, intuitive et novatrice (triplicité d’eau +amas Lion/MC), elle sait rester placide et tranquille au cœur des tribulations techniques du petit écran.

 

Catherine Langeais laisse en héritage une voix et un sourire
emblématiques des débuts télévisuels français.

 


Logiciel Auréas Astro PC Paris

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page