les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Le sportif le plus vieux du monde !
Les multiples exploits à vélo de ce centenaire, à la vitalité exceptionnelle, en font un recordman universel et très populaire.

télécharger cet article

 

Robert MARCHAND

Né le 26 novembre 1911 à midi à Amiens 80 Somme
Selon acte n°1.600 – Archives d’Amiens en ligne – 2 E 1011 – vue 419/545

 

 

 

Il a les capacités physiologiques et cardiaques d’un homme de 45 ans.

Ses exploits étonnants lui donnent une popularité internationale

Son enfance est bouleversée par la guerre de 14-18

Sa vie professionnelle est un roman d’aventures internationales

Il est un voyageur humaniste, stimulé par les défis.

 

 

Il a les capacités physiologiques et cardiaques d’un homme de 45 ans.

C’est ce que déclare la physiologiste et sportive de haut-niveau, Véronique Billat.

Année après année, Robert Marchand semble défier les lois de la longévité humaine.

En plus du privilège de faire partie du club très réduit des plus que centenaires, il enchaîne les records cyclistes dans une catégorie d’âge créée tout exprès pour lui. Et à l’âge de 105 ans, il réalise la meilleure performance mondiale dans l’heure en parcourant 22,547 km dans la catégorie Master des plus de 105 ans.

Ce sportif, qui a repris sérieusement le vélo à 67 ans, affiche depuis un incroyable palmarès cycliste.

Il court huit Bordeaux-Paris, quatre Paris-Roubaix, une Ronde Picarde, trois Marmotte (célèbre course de cyclosport) et douze Ardéchoises dont la première à 88 ans.

A 81 ans, il rallie Paris à Moscou en 1992.

Au Centre mondial du cyclisme d’Aigle en Suisse, il a 100 ans quand le 17 février 2012, Robert Marchand établit, avec 24,1 km, le record de l’heure cycliste sur piste dans une catégorie conçue pour lui par l’Union Cycliste Internationale. A cette occasion, il est accompagné par ses deux entraîneurs, Robert Mistler et Magali Humbert ex-championne sur piste.


https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Robert_Marchand.jpg?uselang=fr
Robert Marchand au centre, en compagnie de Magali Humbert-Faure

 

Ses exploits étonnants lui donnent une popularité internationale

En septembre 2012 à Lyon, il établit le record des 100 km en 4h17’27’’ avec une moyenne de 23km/h, dans la catégorie de plus de 100 ans.

A 102 ans, il améliore un de ses records sur le nouveau vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, en parcourant 26,927km en une heure. Cet exploit est aussi salué par la presse internationale.

En novembre 2014, il fête ses 103 ans dans la pluie et le froid en grimpant un col de 10km avec 450m de dénivelé en 56 minutes. A l’arrivée, il est tout juste essoufflé.

Et le jour de ses 104 ans, il parcourt plus de 20km d’une étape du Tour de France 2016.

Pour fêter son 105e anniversaire en novembre 2016, il parcourt 26,927 km avec une vingtaine de cyclos de son club près de son domicile à Mitry-Mory, en Seine-et-Marne.

Le 4 janvier 2017, il signe la meilleure performance mondiale dans l’heure en parcourant 22,547 km dans la catégorie « Master de plus de 105 ans », sur le vélodrome de St-Quentin-en-Yvelines.

Et dans une interview à l’été 2017, il déclare qu’aux derniers contrôles médicaux, il avait gagné en vélocité mais perdu en endurance !

 

Son enfance est bouleversée par la guerre de 14-18

A sa naissance, son père Louis Marchand est coupeur de chaussures et sa mère Lucienne Decousu est vestonnière.

Mais la Grande Guerre bouleverse la vie familiale et Robert est placé dans une ferme à Bourbon-l’Archambault dans l’Allier où on le fait travailler malgré son jeune âge. A la fin de la guerre, il rejoint ses parents à Fontenay-sous-Bois.

Après une brève pratique de la boxe, il s’adonne à la gymnastique et devient en 1924,  champion de France de la Pyramide. A  23 ans, il est moniteur de gymnastique.

Il achète son premier vélo à quatorze ans en 1925 et remporte sa première course à Claye-Souilly, sous un faux nom car l’âge minimum requis est quinze ans.

Jugé trop petit pour passer professionnel, il abandonne le cyclisme avant de le reprendre un peu sur piste et sur route, à l’âge de 26 ans.

Marié en 1939, il devient veuf en 1943.

 

 

 

Sa vie professionnelle est un roman d’aventures internationales

La carrière professionnelle de Robert Marchand est des plus variées. De 1932 à 1936, il est pompier de Paris mais doit renoncer pour refus d’obéissance.

Installé au Venezuela en 1947, il s’y fait éleveur de poulets, conducteur d’engins puis planteur de canne à sucre.

Après un séjour en France de 1953 à 1957, il s’installe au Canada pour faire le difficile métier de bûcheron.

Il séjourne également en Italie, puis revenu en France en 1960, il devient maraîcher, vendeur de chaussures puis marchand de vin.

Syndiqué à la CGT et membre du Parti communiste français, il participe aux mobilisations du Front populaire en 1936. Il est toujours syndiqué à la CGT retraités.

En 2009, il est décoré de la médaille d’or de la Jeunesse et des Sports par Corinne Dupont maire communiste de sa commune de Mitry-Mory après avoir, par conviction politique, refusé de la recevoir de la ministre UMP Roselyne Bachelot.

Ce cycliste émérite qui roule tous les jours, chez lui ou en extérieur, se souvient qu’autrefois on disait aux coureurs de ne pas boire en course !

 

 

Il est un voyageur humaniste, stimulé par les défis.

L’aventure des déplacements et des relations humaines plaît à cet homme taillé pour les défis audacieux.

Habité par un besoin de survirilité, il se doit d’affronter difficultés et obstacles pour déclencher toute son énergie et triompher grâce à l’optimisme et la chance souvent au rendez-vous. 

Voyager en toute indépendance et expérimenter la vie à bras-le-corps et à son idée, dans un ailleurs improbable convient à son esprit nomade et curieux. Sa vie professionnelle en témoigne.

Vif et habile dans les déplacements, le cyclisme convient à son besoin de mouvement, et lui offre l’opportunité de défis stimulants et de contacts humains exaltants. Intuitif, habile et débrouillard, il est toujours le plus haut, le plus exigeant avec l’idée de se dépasser sans cesse.

En humaniste pétri de convictions fortes livrées sans formalisme, il fixe les règles pour recevoir la médaille des mains d’une maire communiste et non d’une ministre UMP.

Faire en premier ce qui ne s’est encore jamais fait, oser ce que l’on dit impossible, illustrent bien sa nature uranienne. Il est hors normes, en avance sur son temps et ami du genre humain dans une simplicité et une jovialité naturelles.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page