les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Le créateur de la tablette de chocolat

 

Jean Antoine Brutus MENIER

né le 17 mai 1795 à 7 heures du matin à Bourgueil 37 Indre et Loire
(né le 28 floréal de l’an III de la République)
selon acte de naissance

décédé en 1853

 

 

Issu d’une famille de marchands, il devient droguiste…

Troisième enfant sur onze d’une famille de marchands, il fait ses études à La Flèche dans la Sarthe. Puis il est initié aux préparations pharmaceutiques, par le pharmacien Louis Meignan. La plupart des chocolatiers de l’époque ont débuté ainsi par la formation d’apothicaire.

Il travaille pour l’armée et exerce en dernier lieu au Val-de-Grâce d’où il est licencié le 21 août 1814.

 

Il utilise le chocolat comme ingrédient de produits pharmaceutiques

Il fonde en 1816, son entreprise dans le quartier du Marais à Paris. Ainsi, il est préparateur en charge de « La Maison Centrale de Droguerie » pour fabriquer et vendre des produits pharmaceutiques et aussi des médicaments à base de chocolat aux vertus thérapeutiques. A cette époque le chocolat est utilisé pour atténuer l’amertume des produits pharmaceutiques ou dégusté en tant que confiserie de luxe.

     

 

Inventeur de la tablette de chocolat, la qualité de ses produits amène la réussite

C’est en 1825, qu’il invente le concept de la tablette de chocolat.

Jean-Antoine Menier est attentif à la qualité de ses poudres et mélanges. Il appose sa marque sur chaque produit et s’engage ainsi sur la voie de la qualité pour la grande satisfaction de pharmaciens encore habitués aux solutions médicamenteuses approximatives et sans réel suivi. Le succès ne tarde pas et bien vite ses meules à bras et son manège à chevaux utilisés pour broyer les fèves de cacao, deviennent insuffisants. Il lui faut une autre source d’énergie et davantage d’espace, indispensables à la croissance de « la Maison Centrale de Droguerie ».

 

Installé dans le moulin hydraulique de Noisiel, il sort la 1ère tablette de chocolat Menier en 1836


Moulin hydraulique de Noisiel


Le moulin Saulnier, dans la chocolaterie Menier


La « cathédrale » du chocolat construite entre 1906 et 1908
par Stephen Sauvestre, premier collaborateur pour la construction de la Tour Eiffel
et également architecte des hôtels particuliers de la famille Menier.

 

Sur la Marne, de nombreux moulins utilisent la force hydraulique bon marché pour la fabrication et le transport des marchandises. C’est pourquoi, en 1825, Jean-Antoine Menier s’installe à Noisiel, à mi-chemin entre Paris et Meaux. C’est là qu’il loue un moulin hydraulique et 3ha de terrain dont il devient propriétaire en 1838.

En 1836, sort la première tablette de chocolat Menier, enrobée d’un papier jaune avec médailles et signature. Elle bouleverse les habitudes de consommation de l’époque. Sa forme atypique et son emballage jaune vif marquent la naissance de Menier.

Industriel doué et talentueux commerçant, Jean-Antoine développe la vente du chocolat Menier dont la diffusion deviendra mondiale. Il figure parmi les premiers industriels à utiliser les annonces dans les journaux.

L’époque est propice aux innovations et créations d’entreprise puisque Philippe Suchard crée, en 1826, la 1ère fabrique de chocolat de Suisse, puis en 1828, Conrad J. Van Houten crée le chocolat en poudre et en 1830, le suisse Amédée Kholer invente le chocolat aux noisettes.


Salon Chocolat Menier Champs-Elysées 1935


buvard Menier

 

Cinq générations de Menier innovent et bâtissent un empire du chocolat

A partir de 1842, comme sa santé se dégrade, Jean-Antoine Menier passe progressivement le pouvoir à son fils Emile-Justin, âgé de 27 ans, avant de décéder en 1853. En digne héritier, par la publicité et la qualité de sa production, Emile-Justin fait entrer le chocolat dans l’ère de la consommation de masse. Parti à la conquête des clients par la presse et les affiches il est, en France, le véritable « père » du chocolat.

En 1867, Emile-Justin Menier décide de recentrer son usine de Noisiel sur la fabrication du chocolat de confiserie, et cède la Pharmacie centrale, centre chimique et pharmaceutique reconnu par ses pairs et située à St Denis (photo ci-contre).

A partir de 1892, la petite fille aux longues nattes personnalise la marque Menier sur les affiches. L’illustrateur Firmin Bouisset y représente sa propre fille Yvonne écrivant le slogan : "éviter les contrefaçons". Elle est diffusée dans les 36 000 communes de France.

De l’officine à la grande consommation, cinq générations de Menier se succèdent et  construisent un empire autour de la 1ère tablette de chocolat, de la Monarchie de Juillet à l’aube de la Ve République.

En 1960, Menier fusionne avec Rozan. En 1963 , c’est la vente de l’usine. Les bâtiments de la chocolaterie, dont le beau et coloré moulin, appartiennent aujourd’hui à Nestlé qui en a fait le siège de sa division France.

 

 

Jean-Antoine MENIER


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page