les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Qui ne se souvient de Manufrance et de sa revue « Le Chasseur Français »  ?
Armurier, il est, avec Pierre Blachon, le fondateur de la Manufacture d’Armes et Cycles de Saint Etienne, devenue Manufrance en 1947.

 

Etienne MIMARD

né le 18 janvier 1862 à 23 h 30 à Sens 89
selon acte n°4

décédé le 14 juin 1944 à 5 heures à Saint Etienne Loire, selon acte n°817

 

 

L’envoi gratuit de 300 000 “tarif-album” aux chasseurs connus, voilà son idée de génie !

Etienne Mimard dirige l’entreprise de novembre 1885 à sa mort en 1944.

Associé à Pierre Blachon, le bilan de leurs innovations est important.

Ils ont créé :

-          une grande Manufacture à la réputation internationale

-          un centre d’innovation technique pour les armes et les cycles,

-          un système inédit de vente par correspondance (1 million d’exemplaires)

-          un centre d’édition pour le « tarif-album » et leur catalogue « Le Chasseur Français » (transformation de la brochure « Le Moniteur »)

-          la bicyclette « L’hirondelle » qui connaît un succès immédiat

-          des fusils de renom (Robust, Idéal, Simplex…)

-          des machines à coudre sous la marque « Omnia »…

 

Un capitaine d’industrie emblématique, à la « Marius Berliet », qui propage un certain art de vivre, mais à sa mort, l’entreprise est affaiblie.

Etienne Mimard qui se dit « hardi, jusqu’à la témérité » est associé à Pierre Blachon qu’il sait « plus calme, plus pondéré, d’un jugement très sûr, le frein souvent nécessaire ». Ce dernier qui préfèrera d’ailleurs rester dans l’ombre, décède en 1914.

 

La Manufacture et Etienne Mimard ne font qu’un.

Ce patron, style 19e siècle, est novateur et autoritaire. Il dispose son bureau de façon à surveiller tous ses ateliers.

Il n’hésite pas à faire modifier le clavier de ses machines à écrire afin que ses employées ne puissent pas trouver du travail ailleurs.

 

Pour l’organisation et la production,  voici quelques exemples de son esprit d’avant-garde :

-          pas de bureaux individuels afin d’améliorer la communication au sein de l’entreprise,

-          technique « Zéro stock », une fabrication n’est lancée, qu’une fois la commande enregistrée

-          attaché à fournir des produits de qualité, rapidement livrés et répondant aux attentes des consommateurs

-          « une place pour chaque chose et chaque chose à sa place »

-          « Bien faire et le faire savoir »

 

Décédé sans postérité il lègue la moitié de ses actions à la Ville de Saint Etienne pour qu’elle œuvre dans le domaine de la formation professionnelle. Etienne Mimard avait l’intention de léguer sa fortune à ses employés, mais, comme en 1936, lors du Front Populaire, ils occupent son usine, il se ravise et fait son don au profit de l’Ecole Nationale Professionnelle qui portera son nom ainsi que la rue qui longe cet établissement à Saint Etienne.

Selon la légende, il se serait fait enterré debout face à son entreprise...

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page