les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Grande dame du théâtre et du cinéma français, symbole de la femme libre des années 1920, elle joue dans une trentaine de pièces et plus de 110 films.
Elle est la première à décrocher un brevet de pilote de dirigeable.

télécharger cet article

Gaby MORLAY
Née Blanche Pauline FUMOLEAU 

le 8 juin 1893 à 21h30 à Angers 3e arr. Maine-et-Loire 49
Selon acte n°9 – AD 49 en ligne – Nais 1893 – vue 4/84

Décédée le 4 juillet 1964 à Nice Alpes-Maritimes 06

 

Evadée du couvent, elle s’en va à Paris et se fait actrice

Théâtre et cinéma lui donnent triomphe et popularité

Seule Française titulaire du brevet de pilote de dirigeable

Vive et adaptable, elle est faite pour le théâtre

 

 

Belle, spirituelle, un rire pointu et une claire diction, actrice talentueuse et populaire, d’elle émane une intense joie de vivre.

Entre pièces et films, pendant plus d’un demi-siècle, elle s’affirme comme une authentique comédienne, jouant tous les genres, comédie, mélo, drame… On la retrouve dans une trentaine de pièces de théâtre et plus de 110 films.

 

Evadée du couvent, elle s’en va à Paris et se fait actrice

Née d’un père boulanger, elle s’évade d’un couvent de Lisieux où ses parents l’avaient placée. Montée à Paris, elle veut devenir dactylo.

Un soir, alors qu’elle assiste avec une amie à un spectacle du Casino, son rire est si exubérant qu’un couple de ses voisins amusés, lui propose de faire du théâtre.

Pourquoi pas ? Du moment qu’on est payé ! : telle est la répartie qui jaillit de la bouche de Blanche Fumoleau.

Bientôt, elle débute sur les planches, après un apprentissage. Elle n’a pas encore seize ans mais une détermination solide.

Peu après avoir tourné La sandale rouge, elle donne la réplique à l’acteur et réalisateur Max Linder, pour qui elle joue dans de courts métrages, dans les années 1910, ainsi que dans des pièces de Sacha Guitry.

Elle plaît et enchante le public.

Elle commence à se faire un nom. Et ce nom, on le lui a trouvé dès ses débuts sur les planches : Gaby de Morlaix qui deviendra ensuite Gaby Morlay.

Remarquée par Louis Verneuil, elle est la vedette de sa pièce, Le Traité d’Auteuil en 1918.

 


Félix Mayol
et Gaby Morlay en 1912

 

Théâtre et cinéma lui donnent triomphe et popularité

Mais sa véritable passion est le théâtre et si elle s’adonne au cinéma, c’est davantage pour sa subsistance. Au fil de sa carrière, elle prend le cinéma plus au sérieux, surtout qu’elle fait un triomphe dès son premier film parlant, Accusée levez-vous !.

Après guerre, elle fait rire les spectateurs avec Lorsque l’enfant paraît.

Pendant la Seconde guerre mondiale, elle est la maîtresse de Max Bonnafous, secrétaire d’Etat à l’Agriculture du maréchal Pétain, qu’elle épouse en 1961, quand il devient veuf.

 

Dès 1930, consacrée dans les pièces d’Henry Bernstein, elle devient l’une des vedettes les plus populaires du cinéma parlant, notamment avec Le Voile bleu qui émeut la France entière.

 

Seule Française titulaire du brevet de pilote de dirigeable

Symbole de la femme libre des années folles (années 1920), elle est pionnière en aéronautique quand elle obtient le brevet de pilote (n°40) de dirigeable en novembre 1919. Elle est la seule femme en France à posséder un tel brevet. Le dirigeable était un Zodiac de la Compagnie générale transaérienne et le moniteur Pierre Debroutelle, le génial ingénieur des ballons dirigeables.

 

 

Vive et adaptable, elle est faite pour le théâtre

Gaby Morlay est l’incarnation même de la vivacité, de la spontanéité, de l’adaptabilité, dans une ambiance faite de grande réactivité mais aussi de sérieux et de profondeur.

Pour elle, l’art est le mouvement et la nouveauté toujours renouvelée. Elle y trouve de quoi satisfaire sa grande curiosité et son avidité de tout ce qu’offre la vie.

Légèreté et puissance intérieure se conjuguent chez elle avec harmonie.

Femme à l’esprit pionnier, elle conduit sa vie dans le mouvement, l’innovation et l’indépendance et aussi grâce à une belle intuition.

Maîtriser la conduite de dirigeable lui permet d’évoluer dans l’air, un élément où elle est particulièrement à l’aise.

Côté profession, le théâtre lui permet particulièrement d’exercer sa réactivité et son habileté à la répartie qui fuse toujours.

 

 

Sources documentaires :
Marcel Catillon " Qui était Qui ? " Nouvelles Editions Latines 1997

http://www.cinememorial.com/acteur_Gaby_Morlay_320.html

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page