les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Formidable chantre de l’Auvergne et de la vie paysanne, écrivain et professeur de littérature, il laisse une œuvre riche de plus de 1.300 publications dont le Trésor des contes qui avec plus de 1.000 contes et treize volumes est le plus grand recueil de contes au monde.

télécharger cet article

 

Henri POURRAT

Né le 7 mai 1887 à 1h du matin à Ambert Puy-de-Dôme 63
Selon acte n° 66 – AD63 en ligne – 6 E 3 69 1887-1888 – vue 11/94

Décédé le 16 juillet 1959 à Ambert Puy-de-Dôme 63

 


https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Henri_Pourrat,_le_Vernet,_1954.png?uselang=fr

 

Contraint par sa santé à revenir en Auvergne, il consacre sa vie à conter cette région.

De sa plume prolifique naît en 1921, une œuvre maîtresse : Gaspard des montagnes.

On est paysan de race, de nature, on ne devient pas paysan.

Infatigable  bâtisseur humaniste enraciné dans son Auvergne natale.

 

 

Contraint par sa santé à revenir en Auvergne, il consacre sa vie à conter cette région.

Né Auvergnat Henri Pourrat, profondément enraciné dans sa terre ambertoise, recueille dès l’âge de 24 ans et pendant des décennies la littérature orale de son pays natal qui lui inspire contes, poèmes, romans, essais.

Ces contes, échos de l’inconscient collectif dans de nombreux pays sur tous les continents, ont une portée universelle. C’est ainsi qu’ils sont traduits notamment en allemand,  japonais, tchèque, anglais, slovaque…

Ses travaux inspirent de nombreux étudiants de divers pays.

Né d’un père négociant, Henri Pourrat fréquente le lycée Henri IV à Paris après avoir été collégien à Ambert.

Admis en 1905 à l’Institut national agronomique de Paris, mais atteint de tuberculose il est contraint de quitter la capitale, pour le climat plus sain pour ses bronches de la vallée de la Dore, des monts du Livradois et du Forez.

Ainsi, pendant les cinquante années suivantes, il arpente cette région chère à son cœur au cours d’innombrables randonnées pédestres.

Ce repos forcé lui permet lecture, marche, avec ses amis et sous divers pseudonymes, il publie dans des revues et journaux locaux, poèmes, récits en feuilleton, chroniques et pièces de théâtre dès l’âge de 19 ans.

A partir de 1912, il écrit sous son propre nom et son œuvre dans la presse se traduit par plus de 1.300 publications dans environ 150 revues et journaux. Sa production éditée, abondante et variée, représente plus d’une centaine d’ouvrages.

 

De sa plume prolifique naît en 1921, une œuvre maîtresse : Gaspard des montagnes.

C’est à partir de 1921 que, de son inspiration prolifique, sort Gaspard des montagnes qui se développera en 4 tomes qui lui valent le Grand prix du roman de l’Académie française en 1931.


Le roman Gaspard des montagnes se déroule dans la région d’Ambert au pied des monts du Livradois et du Forez.

 

Henri Pourrat en retire une notoriété qui lui vaut le titre de docteur honoris causa en 1926 décerné par l’université de Berlin, tandis qu’en 1941, il obtient le prix Goncourt pour Vent de Mars.

Sous le régime du Maréchal Pétain, l’écrivain devient le chantre officiel du Retour à la Terre prôné par l’Etat Français. Sensible à cet enracinement dans le terroir qui exalte la race paysanne chère à son cœur, il écrit :

On est paysan de race, de nature, on ne devient pas paysan.

dans L'Homme à la bêche, Histoire du paysan, ouvrage à caractère historique salué en 1941 par le prix Muteau de l'Académie Française et, en 1951, le prix Louis-Barthou lui est décerné par l’Académie pour l’ensemble de son œuvre.

Par la suite, il s’éloigne du Régime de Vichy considérant la tournure politicienne des évènements. Pendant la Seconde guerre mondiale, il aide des juifs réfugiés en zone libre, en accueille chez lui et renseigne les maquisards d'actions qui se préparent contre eux.

Pendant  la guerre de 1939-1945, il poursuit son œuvre tant par de nombreux livres que par des publications dans revues et journaux.

Henri Pourrat cultive de nombreuses et fidèles amitiés tout au long de sa vie, avec des écrivains, poètes, peintres, graveurs, photographe, illustrateur… Et entretient une correspondance considérable avec plus de 1.900 destinataires autant en France que dans une trentaine de pays de tous les continents.

Ces correspondances sont conservées par le Centre Henri-Pourrat fondé à partir du don d’archives fait par ses enfants Claude et Annette à la ville de Clermont-Ferrand en 1974.

Quand naît l’idée d’un musée du papier lorsque Marius Péraudeau galeriste parisien rachète le moulin Richard-de-Bas, Henri Pourrat s’engage dans le projet qui vise aussi à faire renaître la tradition de l’industrie papetière de la région d’Ambert.

 Le musée est inauguré en 1943 en présence de Georges-Henri Rivière directeur du Musée national des arts et traditions populaires.


Feuillets extraits du manuscrit du Trésor des Contes.

 

Henri Pourrat consacre la dernière décennie de son existence à son œuvre maîtresse : Le Trésor des contes puisé dans la littérature orale qu’il a glané longuement dans son Auvergne natale.

Après sa mort en 1959, l’œuvre considérable de Pourrat continue d’inspirer universitaires, historiens, chercheurs à travers le monde.

En France, de nombreuses localités donnent son nom à des rues, boulevards, avenues, collèges, lycées… 

En 1968, un film Gaspard des montagnes est réalisé par Claude Santelli en deux épisodes.

La Société des amis d’Henri Pourrat, créée en 1985, perpétue son œuvre.


https://www.wikitimbres.fr/timbres/492/1987-henri-pourrat-gaspard-des-montagnes
Timbre émis par La Poste en 1985

 

 

Infatigable  bâtisseur humaniste enraciné dans son Auvergne natale.

« Terrien humaniste » pourrait dessiner comme une caricature d’Henri Pourrat marqué à la fois par le Taureau et le Verseau.

Arpentant sa terre auvergnate avec l’énergie infatigable d’un laboureur, il nourrit sa plume de cette littérature paysanne qu’il engrange au fil de ses randonnées. Et en formidable bâtisseur, il construit par ses œuvres un monument d’avenir pour le monde paysan de sa région natale qui est pour lui comme une possession à faire prospérer sans cesse.

Son esprit vif, créatif, fourmille d’idées  et inspire une œuvre impressionnante et forte d’un esprit humaniste tourné vers ce qui sert les générations futures. C’est pourquoi son influence reste vive et universelle pour les générations suivantes.

Le Verseau universaliste et avant-gardiste le rend cultivateur de l’amitié longue et fidèle par son impressionnante correspondance avec des destinataires du monde entier.

 

 


(Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page