les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Ce dirigeant exceptionnel joue un rôle considérable dans le développement de Michelin dans les années 1940 et 1950.
Alors qu’il est aussi PDG de Citroën, il a l’audace de mettre en production la DS19, la première voiture à suspension hydropneumatique.

télécharger cet article

Robert PUISEUX
(André Jean Joseph Robert Puiseux)

Né le 1er mars 1892 à midi à Paris 5e
Selon acte n°608 Archives de Paris en ligne  vue 24/31

Décédé le 23 février 1991 à Clermont-Ferrand 63 Puy-de-Dôme

 

 

 

Acteur essentiel dans l’histoire de Michelin même si son nom demeure méconnu

Par son ascendance, il semble destiné à une carrière scientifique. En effet, son père Pierre Henri est astronome, maître de conférence à la Sorbonne. Un cratère lunaire porte son nom.

Son grand-père Victor-Alexandre est mathématicien et astronome.

Alors que Robert Puiseux prépare Polytechnique, ses études sont interrompues par la Grande Guerre où il sert comme lieutenant dans l’artillerie et l’aviation.

Il entre « à l’Usine » en 1919 où il travaille dans divers secteurs : méthode, commerce, embauche, qualité, recherches, essais. Il acquiert ainsi une connaissance approfondie de l’entreprise Michelin.

A la fin des années 1930, il participe à la mise au point du pneu « Metalic ».

Il se marie en 1921 avec Anne, fille d’Edouard Michelin. En 1938, Robert se voit désigner par son beau-père, pour maintenir le cap de l’entreprise après le décès de son fils Pierre Michelin.

Et quand « le patron » Edouard meurt en 1940, c’est Robert qui assure la direction de l’entreprise avec Pierre Boulanger.

Pendant l’Occupation, il fait preuve d’un courage exemplaire sans jamais céder aux pressions de l’Occupant qui le somme de collaborer.

En visionnaire inspiré, il maintient la recherche au plus haut niveau et c’est ainsi qu’études et essais conduisent à mettre au point le pneu X. Il perçoit tout l’intérêt de ce pneu pour l’automobiliste et pour l’avenir de la Maison.

 

« A deux, on travaille ; à trois, on bavarde ; et à six, on fait de la politique… »

Ainsi parle Robert Puiseux, dans le droit fil de l’esprit Michelin.

Puis, il sait prendre les décisions pour préparer la révolution industrielle que représente le pneu radial. Ainsi dès le début des années 1950, il cesse d’investir sur le pneu traditionnel pour installer les équipements nécessaires à ce nouveau pneu.

Parallèlement, il demeure fidèle aux principes d’Edouard Michelin : observer les faits et toujours progresser, tout en veillant à la rigueur, la lutte contre le gaspillage et le respect de la confidentialité.

Malgré une apparente froideur, on reconnaît à Robert Puiseux, de la sensibilité et de la délicatesse ; simple et discret, il se fait respectueux des hommes, tout en conservant rigueur et détermination hors du commun.

A partir de 1950, il cumule les fonctions de gérant de Michelin avec celle de président-directeur général de Citroën, après le décès accidentel de Robert Boulanger.

C’est pendant cette période, qu’il décide de lancer la révolutionnaire DS, première voiture de grande série à suspension hydropneumatique.

En 1959, Robert Puiseux accueille Charles de Gaulle, président de la République Française en visite à l’usine Michelin de Clermont.

 

 Source documentaire : http://www.laventuremichelin.com/

 

 


(Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page