les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Au nom de son idéal catholique social, ce Lyonnais renonce au riche commerce de la soierie pour fonder avec Paul Du Bourg, des logements gratuits pour vieillards nécessiteux qui seront baptisés cité Rambaud.

télécharger cet article

 

Camille RAMBAUD
Joseph Rambaud dit Camille…

 né le 17 mars 1822 à 2h du matin à Lyon 69 Rhône
Selon acte n° 1077 – archives Lyon en ligne - cote 2 E 200 – vue 137/341

Décédé le 13 février 1902 à 4h30 du matin à Lyon 3e 69 Rhône
Selon acte n°305 – 2 E 1884 – vue 39/172

 

 

Il délaisse le négoce de la soie pour servir les miséreux.

Fils de négociant, il est un associé de l’entreprise Louis Potton, une des plus importantes maisons de soierie de Lyon.

En 1849, Camille, membre de la Conférence Saint-Vincent-de Paul, à la suite de visite de pauvres, a l’idée d’accueillir les enfants pour leur enseigner le catéchisme et les accompagner aux offices du dimanche.

Avec son ami Paul Du Bourg, (voir ci-après) il se charge de trouver un logement pour eux, dans le quartier de la Guillotière. Puis il fait construire une maison nommée la Petite Cité de l’Enfant Jésus où les deux hommes investissent leurs fortunes.

Dès lors, Camille abandonne son emploi pour se mettre au service de la Cité, soutenu par l’archevêque, le cardinal De Bonald.

En 1854, sur un vaste terrain de 13.000m² loué aux Hospices Civils de Lyon, ils font ériger un hôpital gratuit pour vieillards nécessiteux.

Les inondations de 1856 privent de logement de nombreuses familles ouvrières et Camille fait alors construire de nouveaux bâtiments regroupés autour d’une église, le tout financé, par des dons et un emprunt. Pour un loyer modeste, des appartements sont mis à disposition de couple de retraités.

Parti à Rome pour se former à la prêtrise, il est remplacé, jusqu’en 1860  par le père Chevrier, vicaire de la paroisse.

Camille Rambaud est ordonné prêtre à 39 ans, en 1861.

En 1865, l’œuvre dégradée est transformée en maison de retraite pour héberger gratuitement des personnes nécessiteuses seules ou en couple qui y conservent une vie autonome et libres d’aller et venir.


Cité Rambaud en 1910

 

En 1869, 300 personnes y sont accueillies dont 137 ménages.

En 1878, une deuxième maison de retraite est édifiée à Villeurbanne puis deux ans plus tard une troisième voit le jour à Vaise grâce aux dons d’industriels catholiques. 

A partir de 1904, la gestion des maisons de retraite est assurée par une société civile.

En 1957, on détruit bâtiments et église à l’occasion de la restructuration du quartier. Les sépultures des fondateurs Camille Rambaud et Paul Du Bourg sont alors déplacées à Villeurbanne, en  la chapelle des Dames du Sacré-Cœur de Jésus et de Marie et dans le parc, sont érigés les bustes des fondateurs.

 

Source documentaire : http://museedudiocesedelyon.com/MUSEEduDIOCESEdeLYOciteenfantjesus.htm

 

Camille RAMBAUD

Voici un entrepreneur bâtisseur au nom d’un idéal spirituel et pour le bien humain dans un esprit d’avant-garde. Habité par le feu ardent de la foi et de l’humanisme qui éclaire son chemin, cet homme se montre oublieux de lui-même mais préoccupé d’entreprendre en grand, pour apporter un bien-être pérenne aux vieillards nécessiteux.

 

 

 

Prêtre co-fondateur de la Cité Rambaud

Paul DU BOURG
Né Paul Etienne Marie MERLE DU BOURG

 né le 25 juin 1827 à 10h du matin à Lyon 69 Rhône
Selon acte n°2910 – Archives Lyon en ligne – Mairie unique – 2 E236 – vue 367/379

Décédé le 2 janvier 1898 à la Cité Rambaud

 

Ordonné prêtre le 21 mai 1864

Voici un serviteur, homme de projets et de relations publiques, prêt à se dévouer toujours avec un esprit maternant auprès des enfants et des personnes âgées. Porter l’amour auprès des jeunes et des vieillards, tout en leur offrant le confort d’un foyer protecteur et sécurisant, voilà l’idéal spirituel et humaniste de ce religieux. L’appellation « la petite Cité de l’Enfant Jésus » est vraiment un nom qui colle à la personnalité de cet homme.

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page