les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

En 1859, il invente les liqueurs « Verveines du Velay » (verte et jaune)

 

Joseph RUMILLET

Né le 3 juin 1833 à Champagneux Savoie 73
selon acte de baptême sans heure de naissance – mois de naissance confirmé par AD de Savoie,
erreur de mois sur acte de décès

décédé le 27 octobre 1916 à 18h (six heures du soir) à Vals-près-le-Puy 43 Hte Loire

 

 

 

Herboriste de génie et apothicaire de métier, à 26 ans, il met au point la « Verveine du Velay »

Très jeune, il travaille dans une distillerie lyonnaise. Et c’est à Lyon, qu’il rencontre Eulalie Charretier qui devient son épouse. Joseph, apothicaire et herboriste, est formé au métier de liquoriste.

En 1859, se rapprochant de la terre natale de son épouse, il fonde en Haute-Loire, une fabrique de liqueurs à Espaly-Saint-Marcel. C’est là qu’il concocte les formules des liqueurs digestives dénommées : « Verveine du Velay » (verte et jaune).

 

La recette de la Verveine du Velay, riche de 32 plantes, demeure un secret jalousement gardé

Cette liqueur, est le savant mélange de 32 plantes dont la verveine citronnelle, les baies de genièvre et les macis (enveloppe de la noix de muscade). Le tout est soumis à une macération alcoolique de 8 à 9 mois puis distillé en alambic de cuivre. La liqueur est ensuite vieillie pendant un à deux ans en fûts de chêne de 500 à 3 000 litres. La plus connue de ces liqueurs est la Verveine verte.

Le talent d’herboriste de Joseph Rumillet fait merveille et le succès l’oblige à installer, au Puy en 1865,  une distillerie à vapeur dénommée « Grande distillerie du Velay Rumillet-Charretier ». Le nom de son épouse est ajouté au sien.

Joseph Rumillet, en homme de conviction, s’engage en politique et devient d’abord conseiller municipal de la ville du Puy-en-Velay de 1880 à 1892, puis député de la Haute-Loire de 1885 à 1889.

 

En 1891, Joseph Rumillet confie sa distillerie à Victor Pagès qui en développe la notoriété

En 1886, Victor Pagès, cousin de Joseph Rumillet, devient directeur de l’usine qui acquiert sous ce nom une grande réputation.

En 1891, Joseph Rumillet se retire dans sa propriété, justement nommée « Villa des Verveines »,  et confie sa distillerie à Victor Pagès.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page