les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Fondatrice en 1899 du premier groupe féministe socialiste, elle mène à Paris le 5 juillet 1914 la marche pour la paix et le droit de vote des femmes.

télécharger cet article

 

Louise Aimée SAUMONEAU

Née le 17 décembre 1875 à 2h du matin à Poitiers 86 Vienne
Selon acte n°759 – AD86 en ligne – N1875-9 E 229/373 – vue 217/246

Décédée le 23 février 1950 à Paris 12e

 

 

Combattre les iniquités sociales et l’asservissement de la femme…

Manifester pour le droit de vote des femmes et le refus de la guerre

Au nom de l’équité sociale, elle milite pour un meilleur avenir des femmes

 

 

Combattre les iniquités sociales et l’asservissement de la femme…

Née d’un père menuisier, elle est couturière avant de devenir journaliste.

En 1899, elle fonde le premier groupe féministe socialiste. A cette occasion, elle donne une conférence où elle déclare notamment :

…Nous combattons donc de toutes nos forces l’organisation sociale actuelle, que nous regardons comme la mère féconde de toutes les iniquités, de toutes les misères et de tous les crimes. Et nous tenons à déclarer que notre idéal le plus cher est de voir s’élever sur les ruines de cette société, une autre de Justice et de liberté…

…La femme joue un grand rôle dans la société, on l’a peut-être un peu trop oublié, et en l’oubliant, on a non seulement privé l’humanité d’une partie de sa force, mais en maintenant, toujours et quand même, l’asservissement de la femme, on maintient toujours et quand même l’asservissement de l’humanité…

 

Manifester pour le droit de vote des femmes et le refus de la guerre

A quelques semaines de la déclaration de guerre 1914-1918, la syndicaliste socialiste Louise Saumoneau et son Groupe des Femmes Socialistes, mène la manifestation du 5 juillet 1914 à Paris, pour s’opposer à la guerre. Cet évènement est considéré comme la première journée internationale des femmes travailleuses. Entre 2.000 et 6.000 manifestants se dirigent vers la statue de Condorcet, l’un des grands militants pour l’égalité des femmes.

Cette manifestation constitue aussi une réaction pour réclamer le droit de vote pour les femmes qui a été refusé par les députés en février 1914 (238/591).

Louise Saumoneau est aussi auteur de nombreuses études sur la femme et le socialisme et parfois en collaboration avec Paule Mink.

Elle est membre de la Section Française de l’internationale Ouvrière (SFIO) fondée notamment par Jean Jaurès.

 

Source documentaire : https://www.marxists.org/francais/saumoneau/works/1915/12/guerre.htm

 

 

Au nom de l’équité sociale, elle milite pour un meilleur avenir des femmes

Soucieuse d’équité par la Balance et portée à établir des liens par le Sagittaire, Louise Saumoneau éprouve le besoin d’agir sur les évènements de son époque avec un esprit d’avant-garde : faire ce qui ne s’est encore jamais pour le bien du devenir des femmes. Ainsi elle fait partie des actrices de la première journée internationale de la femme.

Militer pour la liberté et l’indépendance des femmes est dans sa nature profonde. Préoccupée d’harmonie sociale, même difficile à trouver, elle a une autorité naturelle entraînante pour son entourage. Et tout naturellement, elle œuvre à éviter la guerre, désastre social.

Elle transmet avec enthousiasme ses vues idéalistes pour améliorer la société de son temps, avec une rigueur de pensée, sens tactique et calcul à long terme.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page