les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Il était une fois, un Belge nommé Sax… luthier de génie, il perfectionne et crée des instruments à vent dont le saxophone en 1841, qui deviendra populaire grâce au jazz !

télécharger cet article

Adolphe SAX
Antoine Joseph SAX dit Adolphe

né le 6 novembre 1814 à 23 heures à Dinant Belgique
Selon acte état-civil délivré par le bourgmestre de Dinant

Décédé le 7 février 1894 à 16 heures à Paris 9e
Selon acte n°205 Archives municipales Paris en ligne

 

 

 

Fabriquer des instruments de musique : une passion héréditaire !

Que serait le jazz, le reggae, le rock, le funk ou le rythm & blues sans le saxophone né du génie d’Adolphe Sax, qui le présente pour la première fois en 1841 ?

Dernier-né des instruments à vent, il est à l’honneur dans les fanfares et les orchestres chers au public.

 

Fils de luthier, Adolphe commence très jeune à fabriquer ses propres instruments dans l’atelier de son père, si bien que dès 15 ans, il présente à un concours, deux flûtes et une clarinette. Il maîtrise si brillamment la clarinette, qu’on l’interdit de concours dans son pays natal, la Belgique.

Sitôt qu’il quitte l’école, il perfectionne des instruments et en expérimente de nouveaux, alors que son père continue à produire dans la tradition pour subsister.

Artiste surdoué et très inventif, il démontre  que le timbre d’un instrument n’est pas lié au matériau utilisé, comme on le croyait, mais à la colonne d’air de l’instrument.

En outre, ce perfectionniste d’avant-garde, crée un timbre musical nouveau qui produit une richesse d’harmonie jamais atteinte.


Hommage à Adolphe Sax par sa ville natale Dinant (Belgique)

 

Son saxophone s’impose grâce au jazz

Outre ses brevets déposés pour la clarinette, il se met à travailler sur un nouveau type d’instrument à vent, il invente le saxhorn devenu indispensable dans les fanfares et les orchestres d’harmonie.

Puis, il crée le saxophone qui va lui attirer une célébrité mondiale.

Sax veut un instrument proche des instruments à corde mais possédant plus de force et d’intensité que ces derniers. C’est ainsi qu’il le consigne dans son brevet déposé à Paris, seulement le 21 mars 1846, car depuis 1841, Sax s’est employé à dessiner et exposer une famille complète de saxophone.

Il va décliner cet instrument en 17 tailles dont 7 sont encore utilisées de nos jours. Les plus populaires sont le soprano, alto, ténor et baryton.

L’invention de Sax est rapidement mise en pratique; toutefois, elle demeure boudée des orchestres jusqu’à  L’Arlésienne de Georges Bizet en 1873, même si dès 1842, Hector Berlioz s’y intéresse et écrit la toute première œuvre avec saxophone : Chant Sacré pour sextuor à vent.

Devenu fournisseur principal de l’armée française pour sa musique militaire, la réputation de Sax est telle qu’il prend la direction du cours de saxophone au Conservatoire de Paris, sous le Second Empire.

Sa vie durant, Adolphe Sax perfectionne et crée des instruments à vent dont le tuba wagnérien pour Richard Wagner en 1876.


Tuba wagnérien

 

Utilisé surtout dans les fanfares militaires dès 1845, et cantonné dans un rôle secondaire, le saxophone devient peu à peu soliste et explose, à partir du XXe siècle, grâce aux grands du jazz comme Hawkins, Coltrane, Parker…

 

Mais Adolphe Sax, décédé depuis 1894, n’est plus là pour l’entendre !

 

 


(Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page