les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Fondatrice d’un musée de la « Paysannerie et de l’Artisanat forézien »,
on lui doit une exceptionnelle collecte ethnographique d’objets et de coutumes du terroir

 

Alice Françoise TAVERNE

née le 23 mars 1904 à 8 heures du matin à Balbigny Loire 42,
selon acte de naissance n°5

décédée le 29 octobre 1969 à Ambierle 42 Loire

 

Femme d’avant-garde, en pionnière, elle œuvre pour la conservation du patrimoine de mémoire de nos campagnes. Sa passion : collecter les objets et consigner croyances, coutumes et légendes de son pays natal, le Forez.

Son père employé au Chemin de Fer, est muté à Paris. En ce début de 20e siècle, étudiant le vol des oiseaux il se passionne pour  l’épopée de l’aviation naissante. Alors,  Alice baigne dans un milieu de savants (les conférences de Charcot, les visites au Museum…) tout en cultivant les arts (chant, violon).

En 1930, son père à la retraite et devenu veuf regagne son pays natal, Ambierle (Loire). Dès lors, père et fille se lancent dans une vaste collecte ethnographique de tout ce qui fait leur pays forézien (outils, objets, coutumes),  avant que ce patrimoine vernaculaire ne disparaisse.

 

Dévouée  sans répit, à la création d’un musée du terroir, inauguré en 1952

Conservant précieusement, les objets patiemment collectés, elle recueille avec son père, aussi bien objets, vêtements, que témoignages oraux,  ou indications de techniques artisanales (scieur de long, charpentier, maçon, menuisier ).

Au décès de son père, en 1946, Alice, fidèle à la volonté du défunt, œuvre inlassablement à la création d’un musée. Pour cela, elle n’hésite pas à vendre la maison familiale pour acquérir une ancienne maison de maître transformée ultérieurement en institution religieuse. Elle achète le corps du bâtiment en 1950, le retape, s'y aménage deux pièces à vivre et travaille sans relâche, et sans le sou, à la création des salles thématiques du futur musée.


Alice Taverne, en 1935 : en costume de bergère, de la fin
du XIXe siècle, devant les stalles de l'église priorale

 

Dès 1951, une dizaine de salles sont déjà ébauchées et ouvertes au public et Alice avec des amies n’hésite pas, pour l’occasion, à revêtir des habits de jadis.

Ce musée « de la Paysannerie et de l’Artisanat forézien » est inauguré en 1952 par le préfet Dumont ; il deviendra à la mort de sa fondatrice, le musée Alice Taverne.

« On croit visiter une maison dont les locataires sont sortis » (paroles de visiteurs)

 

Alice TAVERNE


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page