les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Dossiers

 

La Tour Eiffel


Préambule - Gustave EIFFEL - Les 72 savants - autour de la Tour


 

Autour de la Tour...

La Tour Eiffel et les serviteurs d’Icare

 

Depuis la Tour Eiffel, le 4 février 1912, François Reichelt réalise le 1er « base jump » (*)  de l’histoire.

 

Henry François REICHELT

Né le 16 octobre 1878 à Wegstaedtl en Autriche

Décédé le 4 février 1912 à 9 h du matin, au pied de la Tour Eiffel, dans les jardins du Champ-de-Mars à Paris 7e
 
selon acte de décès n° 231

 

 

Des ailes en tissu pour un tailleur habité par le rêve d’Icare

Les débuts de l’aéronautique inspirent si bien cet homme, qu’il se met en tête de voler de ses propres ailes.

Tailleur pour dames, dans le quartier de l’Opéra, il songe tout naturellement à se confectionner des  ailes  en tissu. Ainsi, dès 1910, il travaille à mettre au point un « costume-parachute ».

Malgré plusieurs essais non concluants, il persiste et décide le grand saut. Notre homme a le sens de la mise en scène, car il prévient la presse dès début février. Il dispose, en outre, de l’accord de la Préfecture de Police.

Ainsi, en ce début de 20e siècle, plein de fabuleuses promesses techniques, il annonce qu’il va se lancer du 1er étage de la Tour Eiffel pour prouver la valeur de son invention.

 

Saut fatal mais mis en scène réussie pour s’inscrire dans l’histoire

56 mètres et 5 secondes plus tard, il s’écrase sur le sol gelé aux pieds de la Tour.
Il est 8 h 22, ce 4 février 1912.

Ce fait divers serait sans doute passé inaperçu, compté dans les pertes et profits des balbutiements de l’aéronautique, s’il n’avait été filmé par les caméras de l’époque.

Ainsi, le rêve fou d’un homme ordinaire demeure présent, encore un siècle plus tard, par les images de ce film. Il est émouvant de voir cet « Icare » habillé de ses ailes en tissu, jouer sa vie au bord de la balustrade du 1er étage de la Tour. En effet, il hésite une quarantaine de secondes avant d’oser se jeter dans le vide devant une trentaine de journalistes et de badauds.

L'autopsie conclue à une mort par crise cardiaque durant la chute. Les quotidiens du lendemain en font leur une, avec photos de la chute de la « tragique expérience ».

Ce film a inspiré une pièce de théâtre, où notre héros revient raconter son rêve, ainsi qu’un court métrage, réalisé au début des années 1990.

 

(*) base jump : saut en parachute d’un point fixe

 

En astrologie, d'où vient le goût de voler ? Pour en savoir plus : http://www.janinetissot.com/travaux/aviateurs.html

 

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne