les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Editeur inspiré, esthète et novateur à la pointe de son temps, il est le père de Marie-Claude Vaillant-Couturier, députée communiste.

télécharger cet article

 

Lucien Antoine Hermann VOGEL

Né le 13 décembre 1886 à 19h à Paris 14e
Selon acte n°5788 – Archives de Paris en ligne – vue 20/31

 Décédé le 7 mai 1954 à Paris 7e

 


Source :
Google

 

Familier du monde de l’édition par son père caricaturiste de presse

La Gazette du Bon ton est son premier magazine

En 1922, il crée Le Jardin des Modes qui paraîtra jusqu’en 1997

Son magazine Vu sorti en 1928 préfigure les grandes revues du 20e siècle

Mettre l’art en scène et en lumière est son fort.

 

 

Familier du monde de l’édition par son père caricaturiste de presse

A l’aube du 20e siècle prometteur qui voit éclore le monde de la presse au cœur d’un Paris de la Belle Epoque, Lucien Vogel sait mieux que quiconque conjuguer l’art et la manière.

Par son père Hermann Vogel illustrateur, dessinateur-caricaturiste de presse, il approche l’art de l’image et de sa diffusion auprès du public. Une piste d’avenir pour ce jeune homme qui ne s’attarde guère aux études pour toucher de près le monde de l’édition où il travaille dès l’âge de 20 ans.

En 1909, il intègre le magazine Femina crée en 1901 pour être La revue idéale de la femme et de la jeune fille.

Depuis 1908, il est l’époux de Cosette de Brunhoff, sœur de Jean de Brunhoff créateur du personnage de Babar avec son épouse Cécile et dont la famille sera investie dans le monde de la presse féminine.

 

La Gazette du Bon ton est son premier magazine

Quand en 1912, Lucien Vogel crée, aidé de son épouse, son premier magazine La Gazette du Bon Ton, cet homme du monde et de la mode est à son affaire. Il s’est inspiré de l’idée de Paul Poiret de publier des illustrations et aussi de donner à voir la mode à un lectorat féminin chic grâce à cette revue luxueuse qui paraîtra jusqu’en 1925.

Dans ce temps où l’on montre encore par le dessin, le prêt-à-porter et l’art de vivre du moment, l’illustrateur crée une ambiance toute d’élégance et de raffinement.

Alors, on imagine la dame du monde ou la petite midinette qui se prend à rêver le soir au coin du feu, en feuilletant ce magazine. Elle se voit en tenue chic selon l’évènement de la journée dans une ambiance mondaine et fortunée près d’un match de polo, par exemple, comme sur cette illustration  parue en juin 1913 pour montrer une robe du couturier Worth, un des fondateurs de la haute-couture.

 

En 1922, il crée Le Jardin des Modes qui paraîtra jusqu’en 1997

Mais la guerre est là et Vogel est incorporé au Maroc comme photographe au Service des Beaux-Arts et des Monuments historiques et des Antiquités. De cette époque, il laisse des photos de Meknès, Fès et Marrakech pour la plupart sous forme de plaques de verre conservées aux Archives des Affaires étrangères à Nantes.

Esthète éclairé de son temps, Lucien Vogel est aussi un militant politique de gauche résolu et un précurseur dans sa profession.

Il crée successivement plusieurs périodiques dédiés à la mode dont, en 1922, Le Jardin des Modes au style avant-gardiste qui paraîtra jusqu’en 1997.

Parmi les nombreux illustrateurs qui dessinent pour ses publications, on peut citer Maggie Salcedo et Georges Lepape.

Pendant un temps, il devient directeur artistique de Vogue France.

 

Son magazine Vu sorti en 1928 préfigure les grandes revues du 20e siècle

Quand il lance en 1928 le magazine Vu, il fait figure de précurseur des grandes revues d’actualité du 20e siècle, basées sur la photographie.

Cette publication se fait aussi l’écho d’un combat contre fascisme, nazisme et franquisme, qui embrasent alors l’Europe. Cet engagement politique lui vaut d’être licencié fin 1936.

Réfugié à New-York entre 1940 et 1945, il continue à fréquenter le monde de la mode et assiste au premier défilé de Christian Dior en février 1947.

Au travers de ses nombreuses publications, il a son mot à dire sur l’art, l’architecture, la décoration, mais aussi sur des hommes de plume comme Max Jacob ou André Gide…

 


Une du 4 septembre 1929 montrant Adelaide Hall.

 

 

Mettre l’art en scène et en lumière est son fort.

Ce sagittarien, naturellement metteur en scène, porte en lui une formidable créativité artistique toujours renouvelée, sur un fond d’imagination inépuisable.

Créer du lien, établir des contacts, mettre en relation, voilà le propre de ce Sagittaire éditeur qui fonde des magazines de mode, véritables traits d’union au sein d’une société. Quel que soit son rang social, la lectrice de ses revues se sent princesse d’un jour, héroïne d’un défilé de mode, et s’imagine en tenue d’élégante mondaine dans quelque fête où règnent le chic et l’élégance.

D’autant plus que cet éditeur est inspiré particulièrement par le monde de la femme que la mode flatte et met en valeur.

Il aime valoriser la beauté du monde environnant, et ne peux que s’insurger contre les mouvements nationalistes qui entravent les relations humaines, bouleversent l’harmonie sociale et enlaidissent son époque.

Lucien Vogel, par son talent de metteur en scène de l’image a véritablement éclairé son époque.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page